Fermer

Sahel: un Algérien remplace son compatriote Droukdel à la tête des terroristes d'AQMI

Mise à jour le 23/11/2020 à 11h11 Publié le 23/11/2020 à 11h09 Par De notre correspondant à Nouakchott Amadou Seck

#Société
Mauritanie. Sahel: voici le nom du nouvel émir d’AQMI

Mibrak Yezid alias Abou Oubeida Youssouf Al-Annabi.

© Copyright : DR

#Autres pays : Mibrak Yezid alias Abou Oubeida Youssouf Al-Annabi, cette identité kilométrique est celle du nouvel émir d’Al Qaida au Maghreb Islamique (AQMI), selon une vidéo du mauritanien, Cheikh Ghouteiba Abou No’Oman, un haut responsable du mouvement terroriste.


Diffusée samedi 21 novembre  par «Al Andalus»,  bras médiatique de la nébuleuse, la vidéo a été vite relayée par le journaliste mauritanien Isselmou Mustapha Sahilli, spécialiste des mouvements djihadistes de l’espace  Sahélo-saharien.

Le nouvel émir  de nationalité algérienne, remplace ainsi Abdel Malik Droukdal, tué dans un raid français au Nord Mali au mois de juin 2020.

Le choix porté sur Annabi ne doit rien au hasard, car «ses états de service» lui confèrent le statut de vétéran dans l’organisation des actions terroristes.

Ancien d’Afghanistan, il fût  un membre actif du Groupe Islamique Armé (GIA) en Algérie.


>>>LIRE AUSSI: Mali: AQMI diffuse une vidéo sur l'exécution de deux Maliens accusés de "collaboration"

Il a été également l’un des fondateurs du Groupe Salafiste pour la Prédication et le Combat (GSPC) en 2004 et d’AQMI en 2007. Il a assumé la présidence du Conseil des notables de cette dernière organisation depuis 2010.

Abou Oubeida Youssouf Al–Annabi est aussi présenté comme le cerveau de l’attaque de Tiguentourine situé à 45 kilomètres à l’Ouest d’In Amenas  (le Sud/Ouest algérien). Une prise d’otages menée le 13 janvier 2013, avec un bilan de plusieurs dizaines de victimes.

Ce coup fumant est le plus «haut fait de guerre» de la carrière du nouveau chef d’AQMI. Il a été condamné à mort par contumace en Algérie en 2017.

Cette figure marquante de la nébuleuses terroriste sous régionale et mondiale,  fait partie des fondateurs du Groupe de Soutien à l’Islam et aux Musulmans (JNIM), formé au Sahel il y a quelques années.
Le 23/11/2020 Par De notre correspondant à Nouakchott Amadou Seck

à lire aussi