Culture

Côte d'Ivoire: la musique rap est en train de prendre le pouvoir

VidéoEtiqueté par le passé comme la musique des voyous, le rap est en train de prendre sa revanche en Côte d’Ivoire. Ce genre musical semble même voler la vedette au zouglou et au coupé-décalé grâce à de jeunes artistes talentueux.

Le 25/09/2022 à 14h48, mis à jour le 26/09/2022 à 09h11

En Côte d’Ivoire, le rap connaît un essor fulgurant ces dernières années. Ce genre musical semble même rivaliser désormais avec le zouglou et le coupé-décalé. Nous sommes ici au Palais de la culture à Treichville. La «4.000 places», ou salle «Anoumabo», la plus grande salle de spectacle d’Abidjan, est pleine à craquer. Enfants, jeunes et adultes ont déferlé sur les lieux pour une seule raison: assister au concert du rappeur ivoirien en vogue Didi B. Surnommé par ses fans «le Booba ivoirien», son concert se joue à guichets fermés.

«On a assisté à d’autres concerts où on n'a pas senti cette effervescence. Mais, regardez celui de Didi B, il y a encore du monde dehors et il n’y a plus de tickets, car ils sont finis. Il a mis la barre haut», affirme Beka, une jeune fan du rappeur.

De 2002 à 2019, le coupé-décalé était la musique phare en Côte d’Ivoire. Avec les précurseurs comme Douk Saga de la Jet Set et la nouvelle génération avec la star DJ Arafat, ce genre musical a mis fin à l’hégémonie du zouglou. A son tour, depuis 3 ans, le rap profite de la disparition de DJ Arafat dans un accident pour s’imposer comme le nouveau genre musical de premier plan dans le pays.

A l’instar de Didi B, la rappeuse Andy S veut participer au rayonnement du rap dans le monde. Nous la retrouvons dans un studio à Cocody. «La numéro un du rap» en Côte d’Ivoire, comme elle-même se surnomme, est en pleine répétition. Ses textes teintés d’égo-trip, et ses instrumentales sombres inspirées de la drill, un sous-genre du rap né dans les ghettos de Chicago, font d’elle une artiste très suivie sur les réseaux sociaux.

«C’est vrai que comparé aux années d’avant, le rap Ivoire est en train de passer un cap, parce qu’on voit que les gens s’intéressent de plus en plus à ce qu'il se passe à Abidjan et on voit que le mouvement intéresse», déclare fièrement la rappeuse.

Avec des textes dépeignant sans tabous les réalités ivoiriennes, accompagnés souvent d’un peu d’humour, le rap est devenu aujourd’hui la musique de tous en Côte d’Ivoire. Le grand public raffole donc des thèmes abordés par les rappeurs. A en croire certains puristes, le rap Ivoire est dans la bonne dynamique pour s’imposer à l’international.

«La musique ne ment pas. Si elle est bonne, elle passera partout et tout ce qu’on veut faire, c’est de la bonne musique. Et je pense qu’avec internet, aujourd’hui, tout est connecté, donc on essaie de prendre le monde», soutient Sheku Tall, président du label Coast to Coast

Etiqueté par le passé comme la musique des voyous, le rap est donc en train de prendre sa revanche en Côte d’Ivoire.

Par Olive Adjakotan (Abidjan, correspondance)
Le 25/09/2022 à 14h48, mis à jour le 26/09/2022 à 09h11