Côte d’Ivoire: Tidjane Thiam, ancien patron de Prudential et Crédit Suisse, vise la présidence, mais...

DR
Le 05/09/2022 à 13h22, mis à jour le 05/09/2022 à 13h24

Tidjane Thiam prépare son retour dans l’arène politique ivoirienne. L’ancien patron du groupe d’assurance britannique Prudential et de la banque helvétique Crédit Suisse songe à briguer la magistrature suprême en Côte d’Ivoire, selon le média britannique The Telegraph.

Petit à petit, Tidjane Thiam pose les jalons d’un retour sur la scène politique ivoirienne. Après avoir occupé le poste de ministre du Plan et du développement, il avait quitté la Côte d’Ivoire et la scène politique ivoirienne après le putsch de décembre 1999. Depuis, il n’avait plus remis les pieds en terre ivoirienne et s’était coupé de la scène politique du pays malgré les avances du président actuel, Alassane Dramane Ouattara.

Toutefois, depuis quelque temps, le banquier montre clairement des signes d’une réelle volonté de retour sur la scène politique ivoirienne.

Si le premier acte a été son retour remarqué en Côte d’Ivoire début août dernier, après 22 ans d’absence, et la confirmation de son ancrage politique au Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI), par la même occasion, le média britannique The Telegraph vient de donner un autre signe. Le média britannique affirme que Thiam «envisage une candidature pour devenir le prochain président de la Côte d’Ivoire». L’homme envisage même de renoncer à sa nationalité française, dans l’optique de se conformer au code électoral ivoirien.

Thiam pourrait succéder ainsi à Alassane Dramane Ouattara à la tête de la Côte d’Ivoire en 2025. Pour cela, il jouit de plusieurs atouts. D’abord, petit-neveu du premier président ivoirien, Félix Houphouët-Boigny, il pourra réussir à unifier les partisans du PDCI.

Ensuite, relativement jeune comparativement aux dinosaures qui occupent la scène politique ivoirienne depuis plusieurs décennies -Ouattara (80 ans), Bédié (88 ans) et Gbagbo (77 ans)-, Tidjane Thiam, 60 ans, pourrait contribuer à renouveler la classe politique dirigeante ivoirienne et aider à tourner définitivement la page des problèmes politiques nés des divergences de points de vue des «vieux». Toutefois, le terrain est loin d’être totalement défriché. En effet, pour y arriver, il faudra qu'Henri Konan Bédié accepte de lui céder le fauteuil du parti historique.

Ensuite, ses talents de gestionnaire hors pair pourrait donner une nouvelle impulsion à l’économie ivoirienne. L’homme a fait ses preuves au sein de grandes boites comme McKinsey, Aviva, Prudential et Crédit Suisse. Par ailleurs, son parcours dans le domaine des affaires en Europe et son aura à l’international constituent des gages de confiance vis-à-vis des partenaires étrangers.

Reste que le chemin vers la présidentielle de 2025 est semé d’embûches. Outre le fait que les «vieux» n’envisagent pas de se retirer de la scène de sitôt, Thiam pourrait aussi affronter d’autres jeunes ambitieux, et ce, même dans son camp politique. C’est le cas notamment de l'ambitieux Jean-Louis Billon, homme d’affaires et politique, très impliqué au sein du PDCI.

Par Moussa Diop
Le 05/09/2022 à 13h22, mis à jour le 05/09/2022 à 13h24