Guinée: Mamadou Sall, handicapé et écrivain engagé

Son handicap n'a pas empêché, Mamadou Yidhi Sall d'avoir une vie accomplie.
Le 17/12/2022 à 10h32

VidéoDiplômé en lettres modernes, Mamadou Yidhi Diounkoun Sall est l’auteur de trois œuvres publiées en l’espace de trois ans. Ce qui ne fait pas nécessairement de lui un grand auteur, mais lui confère tout de même le statut de porte-voix des personnes à mobilité réduite.

Dès la première rencontre avec Mamadou Yidhi Diounkoun Sall, c’est son intelligence qui marque d’abord. La lucidité dont il fait preuve lorsqu’il met sa plume au service des personnes à mobilité réduite. Invité d’honneur d’une rencontre organisée à l’occasion de la Journée internationale des personnes handicapées, célébrée chaque 3 décembre, il a déclaré pour Le360 Afrique: «J’ai fêté le 3 décembre en dédicaçant ma troisième œuvre, intitulée Bounguina ou l’espoir perdu. C’est une nouvelle publiée dans une maison d’édition malienne. L’année dernière aussi, je l’ai fêtée en dédicaçant mes deux premiers ouvrages.»

Aujourd’hui, son travail d’écrivain fait de Sall un modèle de citoyen engagé: «Comme vous pouvez l’imaginer, dans la plupart des familles sous les toits desquelles vivent des personnes à mobilité réduite, il y a peu de personnes qui se soucient, qui s’inquiètent ou qui s’intéressent à l’avenir de ces personnes. Certains ne sont même pas bien vus dans leurs familles respectives», déplore-t-il.

Lui a néanmoins eu beaucoup plus de chance. «Moi j’ai eu la chance d’avoir une famille qui a compris que compter parmi ses membres un handicapé n’est pas un fatalisme. Ce n’est pas l’expression du malheur, mais c’est un être humain qui a besoin d’aide, d’appui, qui a besoin surtout d’être soutenu». C’est ainsi qu’il a été envoyé très tôt à l’école, et il a fini son cursus scolaire et universitaire malgré son handicap. Surmonter sans cesse les obstacles lui a fait comprendre l’importance d’être une personne engagée au service de la communauté.

Il faut noter que si pour Sall, son engagement d’écrivain lui est venu suite à sa passion pour le journalisme, son engagement social, quant à lui, tient à un alarmant constat qu’il a fait très tôt. «J’ai fini par prendre conscience de la misérable vie des personnes à mobilité réduite. Quand je sors, je constate qu’il y a beaucoup de personnes handicapées dans les rues, surtout chez nous ici à Conakry. C’est ainsi que j’ai écrit mon premier ouvrage intitulé Les étoiles de Ndourou. Un ouvrage qui parle des conditions de vie des personnes à mobilité réduite.»

Par Mamadou Mouctar Souaré (Conakry, correspondance)
Le 17/12/2022 à 10h32