E-commerce. Ces huit pays affichent le potentiel le plus prometteur sur le continent

Commerce électronique
Le 05/02/2024 à 15h03

L’Afrique, composée de 54 pays et abritant une population estimée à 1,5 milliard d’habitants, présente des défis et des opportunités uniques pour le commerce électronique. En raison de sa population jeune et en croissance, de l’augmentation de l’accès à Internet et de la croissance des revenus générés par le commerce en ligne, l’Afrique affiche un potentiel prometteur pour le développement du commerce électronique. Toutefois, il est important de noter que tous les pays du continent ne se trouvent pas au même niveau de développement dans ce domaine.

Le Global Ecommerce Report 2023 de RetailX braque ses projecteurs sur l’Afrique, avec des données relativement pertinentes pour les entrepreneurs qui souhaitent se lancer ou développer leur activité dans le commerce électronique. Cela inclut les propriétaires de marketplaces en ligne, les détaillants en ligne et les entreprises de commerce électronique. Pour tous ces opérateurs économiques, le rapport fournit des données clés sur le potentiel du commerce électronique, la connectivité Internet croissante et les habitudes d’achat en ligne. Les entrepreneurs souhaitant se lancer ou développer leur activité dans le commerce électronique devraient exploiter ces informations pour évaluer les opportunités et adapter leurs stratégies en conséquence.

Selon le rapport, huit marchés relativement avancés du continent méritent une attention particulière: le Maroc, l’Égypte et l’Algérie en Afrique du Nord, ainsi que le Nigéria et le Ghana en Afrique de l’Ouest. De plus, le Kenya, la Tanzanie et l’Afrique du Sud constituent également des marchés intéressants en Afrique de l’Est et en Afrique australe respectivement.

Population et marché potentiel

L’Afrique abrite 18% de la population mondiale, avec 54 pays et environ 1,5 milliard d’habitants. D’ici 2050, on estime que 26% de la population mondiale vivra en Afrique en raison de la croissance démographique. Les marchés relativement avancés d’Afrique pris en compte dans le rapport comprennent une population totale de 1,3 milliard de personnes. Les pays étudiés se distinguent par leur jeunesse, avec environ un tiers de la population appartenant à la génération Z. Cependant, les revenus sont bien inférieurs à la moyenne mondiale, avec un PIB par habitant moyen de 7.870 dollars, contre une moyenne mondiale de 18.920 dollars.

En 2023, 40% de la population de ces huit marchés africains étudiés ont accès à Internet, soit une augmentation par rapport aux 32% en 2019. Parmi ceux qui ont accès à Internet, 32% effectuent des achats en ligne, une augmentation significative par rapport aux 20% d’avant la pandémie en 2019. Les revenus du commerce électronique ont plus que doublé entre 2019 et 2023, avec un indice de 286,73 par rapport à la base 100 en 2019.

Les articles privilégiés

Les acheteurs africains effectuent souvent leurs achats en ligne via des appareils mobiles et des marketplaces ayant leur siège dans divers marchés du monde. Parmi les 100 plus grands détaillants opérant sur les huit marchés africains inclus dans le rapport, 12 ont leur siège sur le continent. Les marketplaces représentent 54% de ces détaillants et captent 63% du trafic, notamment des acteurs tels qu’Amazon, AliExpress, Jumia (fondé au Nigéria en 2011) et Takealot en Afrique du Sud. Les marques représentent 33% et obtiennent 26% du trafic, tandis que les détaillants traditionnels représentent 14% et obtiennent 10% du trafic. Les principales catégories représentées parmi les 100 plus grands détaillants sont le multisectoriel et les logiciels.

Plus de 500 millions de cyberacheteurs

Selon l’Agence pour le commerce international (ITA), on estime qu’en 2025 l’Afrique comptera plus de 500 millions de cyberacheteurs. À cela s’ajoute le fait que les énergies renouvelables, en particulier l’énergie solaire, sont en train de devenir une priorité en matière de développement en Afrique. En 2023, l’inflation a varié de 37% à 4% dans ces huit marchés, avec une moyenne de 15%.

L’Afrique est confrontée à des pressions inflationnistes, notamment en raison de l’invasion russe en Ukraine, qui a fait augmenter les prix des denrées alimentaires, de l’énergie et des produits de base. Malgré cela, l’Afrique présente le taux d’émissions de CO2 le plus bas de toutes les régions, mais subit de manière disproportionnée les effets néfastes du changement climatique causé par d’autres, principalement par la sécheresse. Cependant, le continent dispose également de ressources naturelles qui offrent des opportunités. L’accès à une énergie abordable est désormais une priorité, avec une attention particulière portée aux énergies renouvelables comme l’énergie solaire.

Par Modeste Kouamé
Le 05/02/2024 à 15h03