Le FMI accorde au Kenya un prêt de 941 millions de dollars

Nairobi, la capitale du Kenya.
Le 18/01/2024 à 11h10

Le Fonds monétaire international (FMI) a annoncé jeudi avoir accordé au Kenya un prêt de plus de 941 millions de dollars (864 millions d’euros) pour aider le pays d’Afrique de l’Est à renforcer ses finances.

Le FMI a indiqué dans un communiqué publié mercredi que son conseil d’administration avait approuvé le prêt, avec un décaissement immédiat de 624,5 millions de dollars (573,8 millions d’euros).

Le total des paiements au titre des différentes facilités de crédit s’élève à environ 2,6 milliards de dollars (2,38 milliards d’euros), ajoute le communiqué.

Locomotive d’Afrique de l’Est, le Kenya est aux prises avec une multitude de défis économiques, notamment une énorme dette, une crise du coût de la vie et une chute de la monnaie.

Son économie a été sérieusement ébranlée par le Covid, puis l’onde de choc de la guerre en Ukraine et une sécheresse historique dans la Corne de l’Afrique.

Le FMI prévoit une croissance de l’économie du Kenya d’environ 5% cette année, contre 5,1% estimés en 2023.

«La croissance du Kenya est restée résiliente face aux défis extérieurs et intérieurs», a déclaré Antoinette Sayeh, la directrice générale adjointe et présidente par intérim du FMI.

Les accords de crédit pour le Kenya «continuent de soutenir les efforts des autorités pour maintenir la stabilité macroéconomique, renforcer les cadres politiques, résister aux chocs extérieurs, faire avancer les réformes clés et promouvoir une croissance inclusive et verte.»

La dette publique du Kenya s’élève à 10.585 milliards de shillings (65,5 milliards de dollars), selon les dernières données du Trésor public publiées ce mois-ci.

En décembre, le Kenya a renoncé à son engagement de racheter une partie d’une importante euro-obligation arrivant à échéance en juin 2024 d’un montant de 2 milliards de dollars.

Au lieu de cela, le ministre des Finances, Njuguna Ndung’u, a déclaré que le pays avait payé 68,7 millions de dollars d’intérêts sur l’obligation, évitant ainsi un éventuel défaut de paiement.

«Dans son engagement inébranlable à maintenir une notation de crédit souveraine résiliente et à faciliter l’accès à de nouveaux financements de développement, le Kenya reste déterminé à remplir toutes ses obligations envers les prêteurs internationaux», a déclaré Ndung’u.


Le président kenyan, William Ruto, avait annoncé en novembre que le pays rembourserait une première tranche d’une valeur de 300 millions de dollars, ouvrant l’accès à un premier décaissement du FMI.

Pour tenter de réduire sa dette, son gouvernement a préparé un budget - très impopulaire au sein de la population et qui a engendré des manifestations parfois violentes - comprenant de nombreuses nouvelles taxes censées rapporter 289 milliards de shillings (2 milliards d’euros), pour abonder le budget de 3.600 milliards de shillings (24 milliards d’euros) prévu pour 2023-24.

L’inflation est restée élevée, à 6,6% en décembre, et, selon le FMI, elle pourrait augmenter légèrement au premier semestre de cette année.

Le shilling kenyan s’échange également à un plus bas historique, autour de 160 pour un dollar.

Par Le360 Afrique (avec AFP)
Le 18/01/2024 à 11h10