Economie

Les grandes bourses africaines désormais interconnectées

Les grandes places financières africaines sont désormais interconnectées via la plateforme AELP Link, qui permet la négociation des titres cotés sur sept places boursières du continent. Cette intégration vise à faciliter les transactions transfrontalières et la libre circulation des capitaux sur le continent.

Par Kofi Gabriel
Le 18/11/2022 à 16h14
Bourse

C’est un vieux projet d’intégration des bourses africaines qui vient de connaître une phase importante avec l’intégration des bourses africaines via la plateforme AELP Link. Il s’agit d’une étape importante dans l’intégration des marchés de capitaux qui va notamment faciliter les transactions transfrontalières et la libre circulation des capitaux au niveau du continent.

En effet, après une phase test qui s’est étalée de juillet à la date du 7 novembre, la plateforme est opérationnelle à compter de ce 18 novembre. Elle permet la négociation de titres cotés sur 7 places boursières africaines parmi les plus importantes du continent. Ce sont: la Bourse régionale des valeurs mobilières (BRVM) de l’Afrique de l’ouest, la Casablanca Stock Exchange (CSE), l’Egyptian Exchange (EGX), la Johannesburg Stock Exchange (JSE), la Nairobi Securities Exchange (NSE), la Nigerian Exchange Limited (NGX) et la Bourse de Maurice (SEM).

Commentant le lancement de la plateforme, Edoh Kossi Amenounve, président de l’Association des bourses africaines (ASEA), a souligné que «la mise en service aujourd’hui de l’AELP Link est une étape historique vers la réalisation de la mission de l’ASEA, à savoir engager les écosystèmes des marchés de capitaux africains afin de favoriser la mobilisation de ressources, de promouvoir la durabilité et de renforcer l’inclusion financière au profit du développement économique de l’Afrique».

La plateforme AELP Link a été conçue pour s’intégrer aux systèmes de transaction et de courtage des bourses. Elle est disponible en trois des langues les plus utilisées au niveau du continent: anglais, français et arabe.

Elle permet aux courtiers agréés des pays participants d’accéder aux informations et de voir la profondeur et la liquidité des marchés. Toutefois, pour chaque marché, seulement 5 courtiers seront connectés à la plateforme. Ces intermédiaires se sont engagés dans la signature d’accords de courtage de contrepartie entre les différents marchés. A ce titre, «l’harmonisation de l’infrastructure de négociation par le biais de l’AELP Link devrait faciliter les processus de négociation existants et potentiellement réduire le coût des transactions sur les marchés de capitaux africains», a expliqué le président de l’ASEA.

Notons que deux autres bourses africaines vont rejoindre très prochainement la phase 2 en 2023. Il s’agit de la Botswana Stock Exchange (BSE) et de la Ghana Stock Exchange (GSE).

Enfin, il faut souligner que l’intégration des bourses africaines via la plateforme AELP Link est un projet de l’ASEA et de la Banque africaine de développement (BAD).

Par Kofi Gabriel
Le 18/11/2022 à 16h14