Pourquoi Harvard s’intéresse-t-elle tant aux étudiants, hauts cadres et jeunes entrepreneurs africains ?

Des étudiants dans le campus de Harvard.
Le 10/11/2023 à 11h34

Une délégation de l’université américaine Harvard s’est rendue récemment en Côte d’Ivoire dans le cadre d’une mission de prospection visant à recruter des étudiants et hauts cadres du continent. Mais pourquoi faire ? On vous dit tout.

Suivre un MBA dans une prestigieuse université américaine. C’est une offre qui ne se refuse pas, à priori, qu’est venu présenter à Abidjan les responsables de Harvard Business school qui séjournent en Côte d’Ivoire dans le cadre d’un programme pour lequel trois pays africains, Afrique du Sud, Nigeria et Côte d’Ivoire, ont été choisis.

Reçue par le ministre des Mines, du pétrole et de l’énergie, Mamadou Sangafowa- Coulibaly, la délégation américaine a souligné que la formation proposée par Harvard devra permettre aux lauréats d’évoluer plus efficacement dans un monde en perpétuellement mutation.

Casadesus Masenell, de Harvard Business School a expliqué que les programmes étaient enseignés uniquement dans les pays anglophones et pour s’ouvrir aux nations francophones, le choix a été porté sur la Côte d’Ivoire.

«Tous ceux qui ont fait Harvard se réunissent tous les 25 octobre pour ce qu’on appelle la nuit du réseautage. Cette année, j’en étais à ma deuxième participation et j’ai pris l’engagement avec mes collègues à Abidjan de faire en sorte qu’il y ait beaucoup d’ivoiriens qui s’intéressent à cette université et que la barrière de la langue ne soit pas un frein», a salué Mamadou Sangafowa-Coulibaly, souhaitant l’entrée de plus de jeunes Ivoiriens dans cette prestigieuse école.

Et d’ajouter, «ce qui m’a beaucoup impressionné dans cette université, ce sont les valeurs. A Harvard, on nous a dit que nous devons gagner notre vie mais décemment. On vous forme pour que vous puissiez faire la différence dans le monde et désormais vous formez une communauté pour faire avancer, évoluer davantage le monde».

Ces dernières années, l’université américaine a fait le choix de se tourner davantage vers le continent africain. Outre les hauts cadres en quête de perfectionnement ou encore les jeunes étudiants d’Afrique, l’établissement accompagne les entrepreneurs à travers notamment le Harvard Innovation Labs. En collaboration avec Amazon Web Services (AWS), ce dernier a sélectionné 25 entreprises pour la première édition du NextGen Accelerator, dont onze sont Africaines.

Le NextGen Accelerator est un camp d’entraînement de deux semaines destinées aux fondateurs d’entreprises en phase de démarrage issus de collèges et d’universités historiquement noirs (HBCU) et d’universités d’Afrique subsaharienne. AWS offre 5.000 dollars de crédits AWS et un accès aux experts AWS aux participants du programme NextGen Accelerat

Par Khadim Mbaye
Le 10/11/2023 à 11h34