Tissu à base d’argile: au Mali, le bogolan en quête de reconnaissance

Bologan
Le 06/11/2023 à 09h45

VidéoLe palais de la culture Amadou Hampaté Bâ de Bmako s’est drapé des couleurs de la 4ème édition des journées textile du Mali qui se tient jusqu’au 5 novembre. Quatre jours durant, les acteurs de la promotion du textile malien ont exposé leur savoir-faire du bogolan, un tissu à la fois histoire ancestrale et identité culturelle.

Le mot bogolan est composé de bogo, signifie terre et lan, le pays. Terre parce que l’argile est à la base de la fabrication du bogolan, un tissu peint de formes géométriques, autant de motifs qui servent de trame aux artisans pour faire honneur aux aïeux. Au Mali, le bogolan narre une histoire relatée par des lettres et des signes porteurs de sens.

Le bogolan est un patrimoine qui crée de la valeur ajoutée car la filière occupe 40% du secteur informel. La labélisation du bogolan permettrait de réduire considérablement le taux de chômage au Mali.

Du champ à la vente du coton, à la transformation par les usines de filature, les teinturiers, les tisserands, les stylistes, les couturiers, jusqu’au produit fini... toute la chaîne est parfaitement maitrisée par les artisans.

Le bogolan est un secteur porteur d’emplois. La politique générale de l’artisanat a inscrit parmi ses priorités, la labélisation du bogolan comme patrimoine national du Mali.


Par Diemba Moussa Konaté (Bamako, correspondance)
Le 06/11/2023 à 09h45