Fermer

Vidéo. Mali: l’esclavage par ascendance a la peau dure dans certaines régions du pays

Mise à jour le 24/05/2021 à 13h11 Publié le 24/05/2021 à 13h07 Par notre correspondant à Libreville Ismael Obiang Nze.

#Société
Mali: L’esclavage par ascendance a la peau dure dans certaines régions du pays
© Copyright : Le360 Afrique/Diemba

#Gabon : L'esclavage par ascendance est une pratique qui résiste au temps dans certaines régions du Mali, malgré le fait qu'il soit condamné par la loi. Marabata Diarra, vice-président du Rassemblement malien pour la fraternité et le progrès, explique cette pratique moyenâgeuse.

L'esclavage par ascendance est une pratique qui perdure dans certaines régions du Mali, en dépit du fait que certaines dispositions de la constitution du Mali de 1992 stipulent que la personne humaine est sacrée et inviolable et que tout individu a droit à la vie, à la liberté, à la sécurité et à l'intégrité de sa personne.

La loi fondamentale dans son article 2 réaffirme que tous les Maliens naissent et demeurent libres et égaux en droits et en devoirs. Toute discrimination fondée sur l'origine sociale, la couleur, la langue, la race, le sexe, la religion et l'opinion politique est prohibée.

>>> LIRE AUSSI: Vidéo. Mali: à Bamako, une conférence pour demander une loi incriminant l’esclavage par ascendance

Enfin, les dispositions des articles 3 et 4 stipulent que "nul ne sera soumis à la torture, ni à des sévices ou traitements inhumains, cruels, dégradants ou humiliants. Tout individu, tout agent de l'Etat qui se rendrait coupable de tels actes, soit de sa propre initiative, soit sur instruction, sera puni conformément à la loi. Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience, de religion, de culte, d'opinion, d'expression et de création dans le respect de la loi".

>>> LIRE AUSSI: Mauritanie: l'esclavage a la peau dure, malgré les lois

Au regard de tout ce qui précède, on comprend aisément que l’esclavage est aboli au Mali. Qu’à cela ne tienne, la pratique existe dans certaines parties du pays, notamment dans les régions de Kayes et Koulikoro.


En marge de la conférence-débat sur "La problématique de l’esclavagisme au Mali: cas du milieu soninké, enjeux et résolutions", organisée par le Mouvement pour la sauvegarde des droits de l’homme (MSDH), nous avons voulu en savoir plus sur la notion de l’esclavage par ascendance avec le vice-président du Rassemblement malien pour la fraternité et le progrès, Marabata Diarra, lui-même victime d’esclavage.
Le 24/05/2021 Par notre correspondant à Libreville Ismael Obiang Nze.