Economie

Guinée. Simandou Gate: plainte de Steinmetz contre Soros, conseiller d'Alpha Condé

Nouveau rebondissement dans le scandale du contrat minier de Simandou retiré au milliardaire israélien Bény Steinmetz pour cause de corruption. Son groupe BSGR porte plainte contre le milliardaire George Soros, conseiller d'Alpha Condé, qu'il accuse de lui avoir fait perdre son permis minier.

Par Mamourou Sonomou (Conakry, correspondance)
Le 18/04/2017 à 12h13, mis à jour le 18/04/2017 à 13h29
Beny Steinmetz (à gauche) vient de porter plainte contre Georges Soros (au milieu) concernant la rupture du contrat d'exploitation de la mine de Simandou.
Beny Steinmetz (à gauche) vient de porter plainte contre Georges Soros (au milieu) concernant la rupture du contrat d'exploitation de la mine de Simandou. | DR

Le week-end dernier, l'agence Reuters a rapporté que le groupe de l'homme d'affaires Beny Steinmetz avait déposé une plainte contre George Soros devant un tribunal fédéral de New York pour le rôle présumé de celui-ci dans la perte de son permis minier concernant le gisement de fer de Simandou. Via cette plainte, Beny Steinmetz Group Ressources (BSGR) entend obtenir de Soros 10 milliards de dollars USD à titre de dommages et intérêts.

Pour le Beny Steinmetz Group Ressources, Soros n'est autre que celui qui a sabordé l'exploitation de son permis minier obtenu en 2008 sur les blocs 1 et 2 du gisement de fer du mont Simandou, placé au sud-est de la Guinée.

En rapportant l'information samedi dernier, l'agence Reurters a précisé que le porte-parole de Soros n'a pas souhaité aborder sur le sujet. En Guinée, on se garde également de commenter cette riposte de Benny Steinmetz.

Cette plainte marque un nouveau rebondissement dans le dossier Simandou qui a aussi vu la relation entre la Guinée et Rio-Tinto se terminer en queue de poisson. Récemment, le Premier ministre Mamadi Youla a admis les erreurs de son pays dans l'échec du plus grand projet africain tout en précisant qu'il y avait aussi des éléments que son pays ne maîtrisait pas.

Par Mamourou Sonomou (Conakry, correspondance)
Le 18/04/2017 à 12h13, mis à jour le 18/04/2017 à 13h29