Fermer
#Economie

Mali: le secteur du transport routier, première victime de la fermeture des frontières avec la Cédéao

Publié le 14/01/2022 à 10h39 Par notre correspondant à Bamako Diemba Moussa Konaté

#Mali : Suite aux sanctions financières et économiques imposées par la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) au peuple malien, le 9 janvier courant à Accra, au Ghana, des milliers de véhicules de transport routier de personnes et de marchandises sont actuellement à l'arrêt.


Cette situation ne fait pas l'affaire des compagnies maliennes, tout comme les sénégalaises, ivoiriennes ou burkinabè de transport, mais tout le monde essaie de faire avec. 

Ainsi, la mesure est suivie à la lettre par le département malien en charge des transports tout juste après sa publication bloquant ainsi des milliers de cars et de camions au niveau des différents pays de la Cédéao frontaliers avec le Mali.

>>> LIRE AUSSI : Après les sanctions de la cédéao, quelles conséquences pour l'économie malienne?

Elle est néanmoins perçue par les transporteurs routiers comme une sanction allant dans le sens de l’anéantissement de leur activité économique.

Transporteurs et passagers demandent unanimement aux pays de la Cédéao et de l'Uémoa de revoir leurs copies concernant cette décision prise à l’encontre du Mali. En attendant, l'accent est mis sur le transport à l'intérieur du pays. 
Le 14/01/2022 Par notre correspondant à Bamako Diemba Moussa Konaté