Vidéo. Mali: les privilèges accordés au président déchu, IBK, font grincer des dents

Le360 / Diemba Moussa Konaté
Le 03/02/2021 à 08h07, mis à jour le 03/02/2021 à 08h18

VidéoRenversé par un coup d’Etat le 18 août 2020, l’ancien chef de l’Etat, Ibrahim Boubacar Keïta bénéficie d'une faveur inattendue de la part des autorités de transition: un cabinet aux frais du contribuable. Une décision que peu de Maliens comprennent au vu de l'impopularité de l'ex-chef d'Etat.

Cette qui surprend beaucoup de Maliens intervient à un moment où l'opinion publique malienne a une dent contre l'ex-président, les membres de son ex-gouvernement, mais également sa famille, en particulier son fils Karim.

Certains estiment également que le défunt président, Amadou Toumani Touré, pourtant aussi légitime que lui, mais sans doute mieux apprécié que lui de son vivant, n’avait pas bénéficié d'un tel priviliège. Au contraire, il a été récompensé par un exil de 7 ans à Dakar avant de rentrer au bercail. Pour la mise en place de ce cabinet, dont les membres percevraient la rondelette somme de 4 millions de Fcfa, soit 6500 euros envirosn, les avis sont partagés.

Par Diemba Moussa Konaté (Bamako, correspondance)
Le 03/02/2021 à 08h07, mis à jour le 03/02/2021 à 08h18