Fermer

Les Maliens affichent leur unité face aux sanctions «injustes et illégales» de la Cédéao et de l’Uémoa

Mise à jour le 13/01/2022 à 11h35 Publié le 13/01/2022 à 11h33 Par notre correspondant à Bamako Diemba Moussa Konaté

#Politique
Les Maliens affichent leur unité face aux «sanctions injustes et illégales» de la CEDEAO et l’UEMO
© Copyright : le360 Afrique/Diemba

#Mali : S'il est rare de voir les Maliens afficher leur union, les sanctions imposées par la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest ont été unanimement qualifiées d'inappropriées et excessives par l'ensemble des personnes interrogées à Bamako.

La Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) a décidé le gel des avoirs de l'Etat, des entreprises publiques et des organismes parapubliques maliens. C’était lors d’un sommet extraordinaire des chefs d’Etat de l'organisation sous-régionale tenu le 9 janvier dernier à Accra, au Ghana sur le processus de transition au Mali. 

En riposte aux sanctions supplémentaires des organisations régionales, le Mali a décidé le rappel de ses ambassadeurs accrédités auprès des Etats membres de la Cédéao et la fermeture de ses frontières terrestres et aériennes avec eux.

>>> LIRE AUSSI: Mali: Goïta dit rester ouvert au dialogue avec la Cédéao après les sanctions

Cependant, bien qu'affectés, les Maliens ont tenu à afficher leur unité face à des mesures qu'ils qualifient unanimement «d'injustes» et d'«illégales». Ainsi, la plupart des Maliens ont estimé que ces sanctions sont lourdes pour la population et que ce sont des sanctions qui sont prises pour étrangler le peuple malien.


Mais les deux organisations sous régionales ont épargné les produits pharmaceutiques et médicaux, notamment ceux destinés à la lutte contre le Covid-19, ainsi que les produits pétroliers et l'électricité.


>>> LIRE AUSSI: Fermeture des frontières, gel des avoirs du pays... La Cédéao impose de lourdes sanctions au Mali

Le mardi 11 janvier 2022, le Conseil de sécurité de l’ONU s’est réuni et s’est divisé sur la situation au Mali. Les pays africains et la France auraient voulu rassembler le Conseil pour qu’il adopte une position unie à l’égard des militaires au pouvoir au Mali. Et que la communauté internationale se range derrière la Cédéao, qui a imposé de nouvelles sanctions à Bamako, pour protester contre la non-tenue des élections comme promis.

Mais la Russie et la Chine ont bloqué le projet de déclaration. De son côté, dans un discours adressé à la nation, le lundi 10 janvier 2022, le président de la transition, le colonel Assimi Goïta a appelé les Maliens à une mobilisation générale de la population et de la diaspora, demain vendredi 14 janvier, pour dire non aux sanctions de la Cédéao et de l’Uémoa.
Le 13/01/2022 Par notre correspondant à Bamako Diemba Moussa Konaté