Politique

Coopération dans la lutte contre le terrorisme: des officiers burkinabè chez Assimi Goïta

Une délégation d'officiers burkinabè a été reçue lundi par le chef de l’Etat malien Assimi Goïta, au lendemain de plusieurs attaques simultanées perpétrées par des groupes armés au Mali et au Burkina Faso.

Par Maxwell Konté (Abidjan, correspondance)
Le 25/04/2022 à 15h24, mis à jour le 25/04/2022 à 16h01
Une délégation d'officiers burkinabè chez Assimi Goïta
DR

Le président de la transition burkinabè, Paul-Henri Sandaogo Damiba, a dépêché lundi 25 avril une délégation d’officiers au Mali pour y rencontrer le chef de l’Etat Assimi Goïta. L’objectif était d’évoquer la coopération militaire entre les deux pays voisins, théâtres de nombreuses attaques djihadistes.

La rencontre entre Goïta et les officiers burkinabè intervient au lendemain de cinq attaques simultanées perpétrées par des groupes armées dans les deux pays. Dimanche à l’aube, les camps militaires d’Alpha Maloba Maïga de Sévaré, de Bapho et de Niono, ont été visés par des véhicules kamikazes chargés d’explosifs. Bilan: 6 militaires morts et une quinzaine de blessés, a annoncé l’armée malienne, faisant également état de 11 terroristes kamikazes tués.

L’offensive aurait été menée par le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM). Principale alliance djihadiste au Sahel, liée à Al-Qaïda, le GSIM a d’ailleurs annoncé lundi avoir capturé un soldat des forces russes Wagner dans la région de Ségou (centre), durant la première semaine d’avril.

Pendant que se déroulaient les attaques au Mali, d'autres ont visé deux détachements militaires de Gaskindé et de Pobé Mengao dans la région burkinabè du Sahel (nord). Cette fois-ci, l’on compte 15 morts, dont neuf militaires, a fait savoir l’armée. Ces deux attaques seraient attribuées aux groupes armés affiliés à Al Qaïda et à l’Etat islamique.

Par Maxwell Konté (Abidjan, correspondance)
Le 25/04/2022 à 15h24, mis à jour le 25/04/2022 à 16h01

Bienvenue dans l’espace commentaire

Nous souhaitons un espace de débat, d’échange et de dialogue. Afin d'améliorer la qualité des échanges sous nos articles, ainsi que votre expérience de contribution, nous vous invitons à consulter nos règles d’utilisation.

Lire notre charte

VOS RÉACTIONS

0/800