Société

Mali. Sanctions de la CÉDÉAO: les marchés sont bien approvisionnés, mais les prix flambent

VidéoLes marchés de Bamako sont bien approvisionnés en ce début du mois de ramadan, malgré quelques craintes liées aux sanctions de la CEDEAO et de l'UEMOA. Toutefois, les prix de presque tous les produits alimentaires connaissent des hausses qui réduisent le pouvoir d'achat des citoyens.

Le 08/04/2022 à 09h58, mis à jour le 08/04/2022 à 19h47

La communauté musulmane du Mali a entamé le jeûne du ramadan samedi 2 avril 2022. Pour le moment, en dépit des craintes liées aux sanctions de la CEDEAO et de l'UEMOA, les marchés sont bien approvisionnés en produits alimentaires.

Toutefois, les prix des produits importés et même ceux produits localement connaissent une hausse. C'est le cas des oignons, pommes de terre et autres légumes. Globalement, tous les prix des produits alimentaires ont connu une augmentation.

Selon les interlocuteurs, cette flambée des prix des produits alimentaires n’est pas liée aux sanctions de la CEDEAO et l’UEMOA, puisqu'en sont exclus les produits de première nécessité et les hydrocarbures, mais serait plutôt imputable au non-respect des textes par les commerçants.

Partant, les citoyens demandent aux commerçants d’éviter la surenchère pendant ce mois afin de permettre à chacun de passer le ramadan dans des conditions acceptables.

Par Diemba Moussa Konaté (Bamako, correspondance)
Le 08/04/2022 à 09h58, mis à jour le 08/04/2022 à 19h47