Gabon: le transfert d'Ali Bongo au Maroc se précise

MAP
Le 23/11/2018 à 15h55, mis à jour le 23/11/2018 à 16h21

Jeune Afrique, qui annonçait dans un premier temps le départ imminent d'Ali Bongo pour Londres, rejoint la thèse de sa probable venue au Maroc. Les choses se précisent concernant une poursuite de la convalescence du chef de l'Etat gabonais à Rabat puis à Marrakech.

C'est presque sûr. Le président gabonais Ali Bongo pourrait être transféré incessamment au Maroc, notamment dès cette fin de semaine, selon des sources de Jeune Afrique. Cependant, l'hebdomadaire français reste prudent en affirmant que pour l'heure rien n'est encore définitivement tranché, ce qui veut dire qu'il reste une fenêtre ouverte sur Londres. Car, comme nous l'écrivions il y a deux jours, la famille d'Ali Bongo, notamment sa femme Sylvia, aurait privilégié la capitale britannique. 

Jeune Afrique n'a pas hésité à se lancer dans des hypothèses, en faisant d'ailleurs siennes les affirmations de La Lettre du continent. Selon les deux supports, qui ne citent pas de sources précises, si l'option marocaine est finalement privilégiée c'est grâce aux bons offices du roi Mohammed VI qui aurait dépêché une équipe médicale de haut niveau auprès du chef de l'Etat gabonais à Riyad. 

Pour l'heure, Jeune Afrique parle d'un établissement hospitalier militaire, probablement à Rabat. Dans un second temps, il pourrait terminer sa convalescence à Marrakech dans une résidence privée. 

Il convient de rappeler qu'Ali Bongo est hospitalisé à Riyad depuis le 24 octobre. Selon des proches de la présidence, il se remet progressivement et a retrouvé l'usage de la parole, ce qui autorise son évacuation ailleurs pour poursuivre sa convalescence. 

Par Mar Bassine Ndiaye
Le 23/11/2018 à 15h55, mis à jour le 23/11/2018 à 16h21