Fermer

Vidéo. Réouverture de Guerguerat: des transporteurs réclament plus de célérité et moins de taxes

Mise à jour le 14/11/2021 à 11h55 Publié le 14/11/2021 à 11h48 Par De notre correspondant à Nouakchott Amadou Seck

#Politique
Réactions des transporteurs après la réouverture de Guerguerat
© Copyright : Le360/ Amadou Seck

#Maroc : Fermé dans la foulée des restrictions imposées par la pandémie mondiale du coronavirus (Covid-19), le poste frontière de Guerguerat (PK55 au Nord de Nouadhibou) est à nouveau ouvert aux voyageurs mauritaniens et marocains depuis le mercredi 10 novembre dernier.


Ouf de soulagement pour les transporteurs empruntant régulièrement l’axe allant de  Nouakchott vers le royaume du Maroc. Ceux rencontrés dans la capitale mauritanienne apprécient la réouverture de la frontière, mais ont quand même des demandes précises. 

Deux transporteurs mauritaniens interrogés sollicitent auprès des autorités des deux pays, plus de célérité de la part des services des douanes et moins de taxes sur les marchandises transitant par la frontière.

>>> LIRE AUSSI : Maroc-Mauritanie: le poste-frontière d'El Guerguerat rouvert aux voyageurs dès ce mercredi 10 novembre

Abdel Haye sollicite l’élargissement de cette mesure aux personnes ressortissantes des autres pays d’Afrique subsaharienne, qui représentent une niche potentielle de clients. Il demande également la baisse, ou la suppression pure et simple, de la taxe sur les lots d’habits transitant par la frontière pour les provinces sud du Maroc.

Hakim Teyib, qui parle au nom des transporteurs de l’axe Mauritanie/Maroc, signale que ces acteurs «rencontrent actuellement de nombreux problèmes. Le prix du transport Nouakchott/Dakhla sur environ 900 kilomètres, soit 1800 MRU, couvre à peine le coût du gasoil. Il s’y ajoute, depuis quelques temps, le problème des droits de douanes, c'est-à-dire les taxes appliquées sur les boubous et les voiles, qui compliquent les activités commerciales. Nous lançons un appel aux autorités en vue de trouver une solution à tous ces problèmes».
          

 

Le 14/11/2021 Par De notre correspondant à Nouakchott Amadou Seck