Société

Vidéo. Mauritanie: forte mobilisation des enseignements en grève depuis le 31 mai

VidéoEn grève du 31 mai au 04 juin 2021, professeurs et instituteurs de Mauritanie, issus de plusieurs syndicats et regroupés au sein de la Coordination pour la défense de l’enseignant (CDE), se sont fortement mobilisés pour un sit-in devant la présidence de la République même, mercredi 2 juin.

Par Amadou Seck (Nouakchott, correspondance)
Le 03/06/2021 à 10h40, mis à jour le 03/06/2021 à 10h44
Vidéo. Mauritanie: forte mobilisation des enseignements en grève depuis le 31 mai
Le360 / Amadou Seck et Mamoudou Kane

Plusieurs centaines d’enseignants et tous les dirigeants syndicaux étaient présents pour une démonstration de force, dans l’objectif d’attirer l’attention du président Mohamed Cheikh El Ghazouani sur leurs conditions de vie difficiles.

Des hommes et des femmes qui soutiennent qu'ils font l’objet «du traitement salarial le plus bas de la sous région».

Bâ Abdoulaye, enseignant et dirigeant syndical, membre du Bureau Exécutif du Syndicat Libre des Enseignants de Mauritanie (SLEM), chargé des relations extérieures, replace le sit-in dans son contexte: «Nous sommes une coalition, un spectre syndical de l’enseignement fondamental, secondaire, technique et professionnel, unis autour de doléances multiples déposées depuis longtemps sur le bureau du ministre de l’Education nationale, qui refuse le dialogue.

Des revendications légitimes qu’il est tout à fait possible de satisfaire, notamment une hausse des salaires. Un traitement qui doit permettre à l’enseignant de vivre correctement comme tous les fonctionnaires de l’Etat. Un accès à la propriété foncière, l’instauration d’un système de promotion interne pour un véritable plan de carrière, pour une restauration de la valeur de l’enseignant».

Pour sa part, Baba Fall, enseignant, expose la situation. «Nous sommes là pour réclamer nos droits, après avoir été longtemps lésés», se plaint-il. Il déplore l’attitude d’un ministre «qui tourne le dos aux revendications des enseignants, alors que ces acteurs sont à la base de toutes les réussites à travers l’éducation des élites, pour avoir formé le Président de la République, le ministre et tous les hauts cadres».

Mariam Sy, enseignante, qui adopte le même discours, se plaint «d’un salaire très bas et de conditions de vie difficiles, en plus de nombreux problèmes liés aux conditions de travail des enseignants».

Harouna ould Hamdou, enseignant, lui, rappelle les nombreux problèmes auxquels sont confrontés les enseignants pour justifier le mouvement de grève. Il invite les autorités à assumer toutes leurs responsabilités, en ouvrant un dialogue responsable et sincère pour trouver des solutions aux problèmes de l’école, au premier rang desquels se trouve la condition misérable de l’enseignant».

Le système éducatif mauritanien est plongé dans une situation désastreuse depuis plusieurs dizaines d’années, selon l’avis concordant des experts.

Par Amadou Seck (Nouakchott, correspondance)
Le 03/06/2021 à 10h40, mis à jour le 03/06/2021 à 10h44

Bienvenue dans l’espace commentaire

Nous souhaitons un espace de débat, d’échange et de dialogue. Afin d'améliorer la qualité des échanges sous nos articles, ainsi que votre expérience de contribution, nous vous invitons à consulter nos règles d’utilisation.

Lire notre charte

VOS RÉACTIONS

0/800