Excédé par l’usage à répétition du mot «Africains», le président de la CEDEAO rappelle au président tunisien qu’il est lui-même Africain

Le président tunisien Kaïs Saied acceuillant le président Bissau-guinéen Embalo.
Le 10/03/2023 à 11h43

Le président de la CEDEAO Umaro Sissoko Embalo, qui a rendu visite au président tunisien Kaïs Saied mercredi 8 mars, ne s’est pas contenté de paroles diplomatiques. Embalo a surtout tenu à corriger le président tunisien qui l’avait excédé en répétant une dizaine de fois le terme «Africains» pour désigner les Subsahariens.

Après les paroles «haineuses et racistes» prononcées par le président tunisien le 21 février dernier à l’égard des Subsahariens et qui ont entraîné une série de violences, d’arrestation et d’expulsion de logements de migrants, aussi bien réguliers qu’irréguliers, la Tunisie a tenté de jouer la carte de l’apaisement, notamment lorsque la Banque mondiale a décidé de mettre une terme à tout nouveau financement à destination du pays.

Et l’escale du président Bissau-guinéen et président de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO), où sont originaires la plupart des migrants subsahariens, a été l’occasion pour le président tunisien de montrer que ses propos n’avaient rien de racistes.

Seulement, il s’est mal pris. En effet, le chef de l’Etat tunisien n’avait cessé de répéter le mot «Africains» pour désigner les Subsahariens, oubliant aussi que les Tunisiens sont aussi Africains. «Mes amis à la Faculté de Tunis étaient des Africains», poursuit Saïed, évoquant un «voisinage historique avec les cadres de la Banque africaine de développement lorsque le siège de cette banque a été déplacé à Tunis durant un certain de temps», lors de la guerre civile en Côte d’Ivoire.

En un temps très court, le président tunisien a répété une dizaine de fois le terme «Africains» pour désigner les Subsahariens.

Excédé par l’usage à répétition de ce terme pour désigner les Africains du sud Sahara, le président Umaro Embalo a fini par rappeler au président tunisien qu’il est lui-même «Africain. Si Tunisiens et Subsahariens voyageaient en France, ils passeront par la même file d’attente à la douane, indépendamment de leur couleur de peau» lui a fait remarquer à juste titre le président Umaro Embalo.

«Nous sommes tous des Africains. Vous êtes vous-même Africain, quelle que soit la couleur de votre peau... Nous sommes tous des frères», lui a expliqué Embalo. Message reçu par le président tunisien qui a répliqué, «je suis Africain et je suis fier de l’être». Dont acte.

Par Karim Zeidane
Le 10/03/2023 à 11h43

Bienvenue dans l’espace commentaire

Nous souhaitons un espace de débat, d’échange et de dialogue. Afin d'améliorer la qualité des échanges sous nos articles, ainsi que votre expérience de contribution, nous vous invitons à consulter nos règles d’utilisation.

Lire notre charte

VOS RÉACTIONS

0/800