Retrait français du Niger: Washington va «étudier toutes les mesures» concernant sa présence militaire

Des éléments des forces spéciales américaines au Niger.
Le 26/09/2023 à 06h45

Washington va «étudier toutes les mesures futures» concernant sa présence militaire au Niger, après l’annonce de la France du retrait de ses troupes du pays d’ici la fin de l’année, a déclaré lundi le secrétaire américain à la Défense.

«Tout en donnant une chance à la diplomatie, nous continuerons également d’étudier toutes les mesures futures qui donneront la priorité à nos objectifs à la fois diplomatiques et sécuritaires», a déclaré Lloyd Austin lors d’une conférence de presse dans la capitale kényane Nairobi, où il est en visite.

Le président Emmanuel Macron a annoncé dimanche le retour à Paris de l’ambassadeur de France à Niamey et le retrait du Niger des 1.500 troupes françaises basées dans le pays.

«Nous mettons fin à notre coopération militaire avec les autorités de fait du Niger, car elles ne veulent plus lutter contre le terrorisme», a déclaré le président français.

Les Etats-Unis disposent de quelque 1.100 soldats stationnés au Niger, engagés contre les groupes jihadistes actifs dans cette région.

«Nous n’avons apporté aucun changement significatif au positionnement de nos forces et (...) nous souhaitons réellement une solution diplomatique, une issue pacifique», a assuré le secrétaire américain à la Défense, qui a refusé de commenter la décision de Paris.

Le Pentagone avait annoncé le 7 septembre repositionner ses troupes «par précaution», transférant certains soldats d’une base de la capitale Niamey vers une base aérienne plus au nord.

Les Etats-Unis ont indiqué le 14 septembre reprendre leurs vols de surveillance au-dessus du Niger, qu’ils avaient interrompus après le coup d’Etat par des militaires fin juillet. Le reste de ses opérations militaires dans le pays restaient figées, avait précisé une porte-parole du Pentagone.

Le retrait des troupes françaises du Niger, qui était avant le coup d’Etat du 26 juillet et le renversement du président élu Mohamed Bazoum l’un des derniers alliés de Paris au Sahel, intervient après ceux du Mali et du Burkina Faso, où la France a déjà été poussée vers la sortie par des juntes hostiles.

Par Le360 Afrique (avec AFP)
Le 26/09/2023 à 06h45