”Fiers mais vigilants”: des Nigériens réagissent à l’annonce par Macron du départ de l’ambassadeur et des militaires français

Des manifestants demandant le départ des troupes françaises du Niger.
Le 25/09/2023 à 19h24

VidéoLe président français Emmanuel Macron a annoncé hier aux journalistes de France 24 et TF1 le départ du Niger de son ambassadeur et de ses militaires. Au lendemain de cette annonce, les Nigériens qui campent de jour comme de nuit à la Place de la résistance sont ravis, mais restent vigilants jusqu’au départ du dernier soldat français du sol nigérien.

Quelques heures après l’annonce par le président Emmanuel Macron du départ de l’ambassadeur de France au Niger et du retrait de ses 1.500 militaires du Niger d’ici la fin de l’année, au niveau de la Place de la Résistance, l’émotion est à la joie et à la satisfaction

«C’est une fierté pour nous, c’est une joie que d’entendre de la bouche du président Macron qu’il va retirer ses soldats, y compris son ambassadeur», explique Ibrahim Garba Oumarou, campeur à la Place de la résistance

Pour autant, ces résistants n’entendent pas baisser la garde, les brigades de veille continueront jusqu’au départ du dernier militaire français du sol nigérien.

«Nous voulons redoubler d’efforts, nous voulons leur montrer qu’on a le courage, le Nigérien s’il décide, il peut tout faire, la souveraineté appartient au peuple et seul le peuple décide de ce qu’il fait de sa souveraineté», souligne Ali Hassana, président des Brigades de veille.

Après deux mois de bras de fer entre Paris et Niamey, la France met fin à sa présence militaire au Niger sous la pression de la rue, qui au lendemain de cette annonce savoure sa victoire.

Un triomphe modeste de ces résistants qui appelle à la vigilance et à la mobilisation continue dans la rue.

Un message qui semble compris car d’ores et déjà plusieurs manifestations et rassemblements populaires sont prévus à la Place de la résistance et sur plusieurs grandes artères de Niamey, au lendemain de cette annonce de Paris.

Par Aboubacar Sarki (Niamey, correspondance)
Le 25/09/2023 à 19h24