Fermer

Sénégal. Coronavirus: Macky Sall gracie 2036 détenus

Mise à jour le 28/03/2020 à 11h06 Publié le 28/03/2020 à 11h04 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé

#Politique
Le président Macky Sall

Le président Macky Sall

© Copyright : dr

#Sénégal : Le nombre de détenus dans les prisons sénégalaises a toujours dépassé la normale. Dans le contexte de la pandémie de Covid-19, Macky Sall a jugé normal de désengorger les prisons en graciant 2036 personnes condamnées pour des infractions diverses.

 
N’ayant qu’une capacité de 4000 détenus, les prisons sénégalaises compteraient quelque 12.000 personnes incarcérées. Ce surpeuplement pourrait leur être fatal si la pandémie de Covid-19 atteignait certains lieux de détention. C’est ce qui semble avoir motivé le président sénégalais pour éloigner des prisons les personnes les plus vulnérables. Ainsi, il réduit sensiblement le nombre de détenus les prisons les plus concernées par le dépassement de capacité. 
 
Jeudi, le ministre de la Justice a annoncé une grâce accordée à deux mille trente-six personnes condamnées pour des infractions diverses et incarcérées dans différents établissements pénitentiaires du Sénégal. Parmi elles, figurent 1846 détenus qui ont bénéficié de remises totales de peines, 111 prisonniers qui profitent d’une remise partielle de peines, 11 mineurs, 51 grands malades, 12 condamnés âgés de plus de 65 ans et 5 commutations de peine de perpétuité à 20 ans de réclusion criminelle.


>>>LIRE AUSSI: Sénégal. Coronavirus: la transmission communautaire, source d'inquiétude


 

 
D’habitude le président de la République accordait sa grâce aux prisonniers à la veille de la fête de l’indépendance, le 4 avril, mais pour cette année, “il a pris la mesure par anticipation, dans le cadre de la prévention de la propagation du Covid-19, notamment dans les établissements pénitentiaires’’, renseigne le ministère de la Justice dans un communiqué de presse.
 
Parmi les graciés, ne figure aucun condamné pour viol, pédophilie, vol de bétail, trafics illicites de médicaments, de bois ou d’espèces protégées. Des crimes qui, selon le ministre de la Justice, doivent être sévèrement punis.
Le 28/03/2020 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé