Société

Vidéo. Sénégal-scandale d'assainissement: l'alerte a été donnée par le ministre malgré les religieux

VidéoChaque jour, le voile se lève sur un coin du scandale du ministère de l’Assainissement et de l’hydraulique. Selon les dernières nouvelles, c’est le ministre Mansour Faye qui a lancé l’alerte malgré de fortes pressions.

Le 30/12/2016 à 18h55, mis à jour le 30/12/2016 à 19h00

Kiosque le360 Afrique: Le scandale du ministère de l’Assainissement et de l’hydraulique prend une nouvelle dimension suite aux dernières révélations. En effet, selon seneweb.com qui cite «Libération», «ce sont les prestataires bénéficiaires de contrats irréguliers qui ont engagé des dépenses avant de se rendre compte qu’ils avaient du toc entre les mains».

Et d’après cette source, «c’est le ministre, Mansour Faye, lui-même, qui a alerté l’Agent judiciaire de l’Etat, malgré les pressions, surtout religieuses, venues de diverses personnalités», sur ces marchés fictifs.

Sénégal: tout un ministère tombe pour détournement, excepté le ministre

Rappelons que dans le cadre de cette affaire, le Directeur de l’assainissement, Arouna Traoré, et quatre entrepreneurs ont été arrêtés et placés en garde à vue par la brigade de recherche de Faidherbe de la gendarmerie. Ils ont été rejoints en prison par Abdoulaye Ndiaye, directeur administratif et financier (DAF). Celui-ci semble être au cœur de ce scandale qui porte sur la signature de contrats fictifs dans le cadre d’un projet de construction de toilettes publiques au niveau des cités religieuses du pays pour une enveloppe de 6 milliards de FCFA (9,15 millions d’euros). Avec ces contrats, le DAF aurait ainsi floué plusieurs entrepreneurs à qui il octroyait des marchés fictifs moyennant des dessous de table.

Dans leurs chutes, les responsables du ministère de l’Assainissement et de l’hydraulique poursuivis pour «faux, usage de faux et détournement de deniers publics» ont mouillé d’autres cadres dont le Directeur de cabinet du ministre de l’Assainissement et de l’hydraulique, le Directeur de l’administration générale et de l’équipement (DAGE) et le contrôleur financier.

Par Kofi Gabriel
Le 30/12/2016 à 18h55, mis à jour le 30/12/2016 à 19h00