Afrique du Sud: la crise de l’électricité n’épargne pas les morts

A l'intérieur d'une morgue.
Le 27/01/2023 à 07h59

En Afrique du Sud, les familles se recueillent traditionnellement autour du défunt pendant une semaine, parfois plus. Mais désormais, à cause de coupures d’électricité endémiques, la conservation des corps relève du défi et les pompes funèbres veulent enterrer les morts au plus vite.

«On voit de nombreux corps putréfiés», a déploré cette semaine dans un communiqué la South African Funeral Practitioners Association (SAFPA), représentant le secteur.

Dans la première puissance industrielle africaine, la crise de l’électricité s’est aggravée depuis l’année dernière et le courant est coupé parfois plus de 11 heures par jour.

Pannes, pénuries, l’entreprise publique Eskom, qui produit 90% de l’électricité en Afrique du Sud et rongée par les dettes après des années de mauvaise gestion, se débat avec des centrales vieillissantes et mal entretenues.

Le pays est soumis depuis des mois à des délestages programmés, pendant plusieurs heures et plusieurs fois par jour, atteignant des durées records.

Pour les pompes funèbres, ces coupures signifient des systèmes de réfrigération à l’arrêt et des corps qui se décomposent.

Le secteur encourage les familles à enterrer leurs morts en quatre jours maximum. Aussi pour réduire les coûts, car les foyers et les entreprises qui en ont les moyens fonctionnent avec des générateurs nourris au diesel, dans un contexte général d’inflation et de hausse du prix du carburant.

Grace Matila, croque-mort de 52 ans installé à Johannesburg, raconte à l’AFP avoir du mal à faire face aux coûts supplémentaires et envisager d’augmenter les factures.

Les coupures répétées détériorent aussi les machines qui finissent par rendre l’âme: «Heureusement, j’avais un compresseur de secours pour ma chambre froide, sinon vous imaginez ce qui aurait pu se passer?», tempête Matila.

«Effet domino»

«Un confrère a dû fermer son affaire parce que les autorités ont découvert un corps en décomposition», raconte Mike Nqakula, 61 ans, qui a une entreprise de pompes-funèbres dans la petite ville d’Uitenhage, au sud du pays. « Les générateurs ne sont pas bon marché», ajoute-t-il.

En plus des problèmes logistiques, les professionnels du secteur sont confrontés à des ralentissements pour déclarer les décès et obtenir les permis d’inhumer: les administrations qui délivrent les certificats de décès sont elles aussi incapables de délivrer les documents en cas de panne de courant.

Dans certaines régions reculées, «il faut parfois plusieurs heures avant de réussir à joindre une ambulance et qu’elle arrive sur place pour formellement déclarer le décès», puis finalement organiser l’enlèvement du corps, déplore Dududu Magano, porte-parole de la SAFPA, évoquant des réseaux téléphoniques également perturbés par les coupures d’électricité.

«Un effet domino», soupire-t-il.

L’annonce récente d’une hausse des tarifs pour renflouer les caisses d’Eskom a provoqué la colère dans le pays. Plusieurs milliers de Sud-Africains ont manifesté cette semaine à Johannesburg et au Cap, à l’appel du premier parti d’opposition (DA, Alliance démocratique).

Le président Cyril Ramaphosa, qui a reconnu que la crise fait «des ravages dans les entreprises» mais ajouté qu’elle «ne pourra pas être résolue en une nuit», a déclaré s’être opposé à cette augmentation.

L’Afrique du Sud tire encore 80% de son électricité du charbon, générant une grave pollution dénoncée par les défenseurs de l’environnement. Une enveloppe de 98 milliards de dollars a été approuvée pour la transition énergétique de la puissance africaine à la COP27.

Par Le360 Afrique (avec AFP)
Le 27/01/2023 à 07h59