Fermer

Afrique: à quand la prise de conscience de la «malédiction des matières premières»?

Mise à jour le 02/04/2018 à 14h23 Publié le 02/04/2018 à 10h38 Par Moussa Diop

#Economie
mines
© Copyright : DR

#Côte d’ivoire : L’Afrique regorge de matières premières. Toutefois, rares sont les pays du continent qui en tirent profit. Certains commencent à prendre conscience que ces richesses pourraient contribuer au développement de leur pays et s’insurgent contre l’exploitation des firmes multinationale.

Le continent africain dispose d’immenses ressources naturelles et des terres arables considérables. L’Afrique renferme du coltan (80% des réserves mondiales prouvées), diamant (70%), platine (49%), chrome (40%), uranium (23%), phosphate (23%), manganèse (32%), cobalt (50%), or (57% des réserves), fer (20% des réserves), pétrole (15%), cuivre, bauxite, etc.

Malheureusement, beaucoup de pays africains, dont la République démocratique du Congo, le Mozambique, la Guinée, la Zambie, vivent le paradoxe troublant de pauvreté dans l’abondance des ressources naturelles.

S’il est vrai que seule une infime partie des ressources naturelles du continent est aujourd’hui exploitée, il faut souligner aussi que l’Afrique ne profite pas de l’exploitation de ses ressources naturelles, à quelques exceptions près. Au contraire, ces richesses sont généralement source de conflits, de mauvaises gestions, de corruption, de destruction de l'environnement, etc. Bref, dans de nombreux pays africains, les matières premières sont, jusqu'à présent, une "malediction". 

Le lancement, depuis le début des années 2000, de l’Initiative pour la transparence des industries extractives (ITIE) a certes amélioré la situation en poussant certains pays à adopter des lois imposant plus de transparence, mais il y a globalement un décalage entre les lois et leur application.


LIRE AUSSI: Guinée: l'ancien ministre des Mines condamné à 7 ans de prison par la justice américaine


Avec le soutien de certains pays (Canada, Australie, Norvège, etc.), certains pays se sont engagés dans des politiques visant une meilleure gestion de leurs ressources naturelles.

Ainsi, quelques pays ont pris des initiatives pour mieux profiter de leurs ressources naturelles via l’adoption de nouveaux codes miniers et pétroliers, la révision des contrats avec les multinationales, l'augmentation sensible des taxes, redevances et royalties, et la collaboration entre producteurs en vue de peser sur les cours des matières premières.

Reste que cette dépendance du continent vis-à-vis des matières premières n’a jusqu’à présent que peu profité aux pays africains. Rares sont ceux qui ont su gérer la rente des matières premières. En effet, contrairement aux pays du Golfe qui disposent de leurs ressources pétrolières et gazières, les pays africains, à quelques rares exceptions, n’ont pas le contrôle de leurs importantes ressources naturelles. En Afrique subsaharienne, un seul pays est cité en exemple de réussite en matière de gestion de ses ressources naturelles, le Botswana. Un exemple que doivent suivre les autres pays du continent.

Pays pauvre à l’aube de son indépendance (1966), le Botswana s’est métamorphosé grâce à la découverte d’importantes réserves de diamant. Devenu second producteur mondial de diamants bruts en valeur et en volume, derrière la Russie, le Botswana a mis sur pied une industrie du diamant qui représente environ 40% du PIB et 89% des revenus d’exportation. Cette manne a été bien gérée par les dirigeants botswanais qui se sont approprié l’exploitation de cette richesse grâce à des partenariats public-privé. Pour y arriver, l’Etat botswanais, avec l’aide de la Banque mondiale, a renégocié tous les contrats en sa faveur.


LIRE AUSSI: Pétrole et mines: pourquoi subitement autant de litiges avec les multinationales en Afrique


A la suite de ces renégociations, l’Etat botswanais et De Beers, le géant sud-africain des diamants, détiennent à parts égales des sociétés minières -Debswana en charge de l’exploitation des mines et Diamond trading company Botswana- qui valorisent les diamants. L'Etat perçoit ainsi entre 75 et 80% des revenus du diamant.

En plus de ce partenariat public-privé avec De Beers, l’Etat botswanais applique une forte taxation sur l’activité diamantifère. Il perçoit 22% de taxes sur les diamants de la part des entreprises minières, auxquels il faut ajouter 10 à 15% de royalties sur les bénéfices. En plus, grâce aux recettes et à son fonds souverain, l’un des rares du continent à remplir son rôle, le Botswana détient une participation de 15% dans le capital du géant mondial du diamant, le Sud-Africain De Beers.

Ainsi, le Botswana a réussi à rendre très rentable l’un des minerais les plus chers au monde et les importants revenus tirés du diamant financent les dépenses publiques (écoles, routes, hôpitaux, etc.), avec à la clé une cohésion sociale et une stabilité politique exemplaires.

Aujourd’hui, le pays entame une phase de diversification de son économie en se tournant vers l’écotourisme, l’agro-industrie, les énergies renouvelables, etc.


LIRE AUSSI: Sénégal-Mauritanie: accord entre Kosmos Energy et British Petrolium pour l’exploitation du gaz


Seulement, le cas du Botswana est presque unique en son genre en Afrique subsaharienne. La plupart des pays de la région ne profitent nullement de leurs ressources naturelles.

Un cas typique est celui de la République démocratique du Congo (RDC) où la malédiction des matières premières prend tout son sens.

Vaste de 2,3 millions de km2 et peuplée de plus de 85 millions d’habitants, la RDC est qualifiée de «scandale» d’abondance géologique. Le sol et sous-sol du pays renferment divers minerais: or, cuivre, coltan (80% des réserves mondiales connues), diamants, cobalt, etc. Ainsi, une valeur d’environ 10 milliards de dollars de cobalt et de cuivre est exportée chaque année, selon Darton Commodities.

Toutefois, cette manne ne profite nullement au pays et à sa population. A cause des matières premières, le pays connait des conflits qui s'éternisent dans les régions riches en ressources naturelles.

Du coup, ce sont uniquement les multinationales exploitant ces ressources qui en tirent profit grâce à la corruption des classes dirigeantes et aux contrats léonins. 

Ainsi, selon le code minier, en vigueur jusqu’à récemment, les impacts sont plus que négligeables. Les cas du cobalt et du coltan, deux minerais stratégiques dont regorge le pays, sont illustratifs. En effet, la RDC, premier producteur mondial avec plus de 2/3 de la production de cobalt de la planète en 2017, ne tire pas profit du boom mondial des batteries de smartphones et de voitures électriques qui ont fait flamber le prix du cobalt à plus de 130% en un a, avec plus de 84.000 dollars la tonne, soit environ 4 fois son prix de l’été 2016.


LIRE AUSSI: Guinée - Mines : la chinoise Chinalco veut l'entièreté de Simandou


Les autorités congolaises commencent à peine à prendre conscience de ce gâchis. «Nos partenaires depuis 15 ans nous ont trompés et nous ont volés. Cela doit s’arrêter», a martelé dernièrement le PDG de la Gécamine (Générale des carrières et des mines, dont le capital est détenu à 100% par l’Etat congolais), avant d’ajouter que la RDC doit contrôler ses minerais comme «nos frères arabes avaient profité du contrôle du pétrole».

Cette déclaration fait suite à la volonté du président Joseph Kabila, en fin de mandat, de réformer le Code minier, datant de 2002, promulgué au moment où le pays était ravagé par un conflit armé de 1997 à 2003 et qui souhaitait par tous les moyens attirer les investisseurs. A titre d’illustration, le pays ne tirait qu’une redevance de 2% de l’exploitation des mines et non pas des superprofits.

Du coup, le gouvernement congolais est entré en conflit avec les multinationales implantées dans le pays (Glencore, Rangold, Ivanhoé, MMG, etc.) et qui ne veulent pas entendre parler de la réforme du Code minier. Le cobalt, principal minerai concerné, est en grande partie contrôlé par le géant Suisse Glencore (Mutanda mining) et des opérateurs chinois (China molybdenum et CDM).

Au-delà de la taxe sur le cobalt, la levée de bouclier des multinationales s’explique essentiellement par le fait que celles-ci craignent que de nouvelles dispositions ne soient prises: taxes sur les super-profits, fin de la clause de stabilité des contrats de 10 ans, etc.

Mais cette fois, pour un baroud d‘honneur d’un chef d’Etat dont le mandat a expiré depuis plusieurs mois et qui continue à s’accrocher au pouvoir, il a tenu bon face aux multinationales et a promulgué le nouveau code minier. Celui-ci instaure une redevance avec un taux de 10% pour les «métaux stratégiques», notamment le cobalt, contre 2% pour l’ancien code.


LIRE AUSSI: RD Congo: le Code minier révisé pour tirer profit du boom du cobalt


En plus, il prévoit aussi une taxe de 50% sur les superprofits (revenus engrangés grâce à un niveau des prix de 25% supérieurs aux études de faisabilité bancaires). En plus, le code prévoit le relèvement de la participation de l’Etat dans les entreprises exploitantes des minerais afin de contrôler davantage ces entités. Cette participation s’établit actuellement à 17%.

Comparativement au Botswana, on peut dire que les concessions des multinationales implantées en RDC sont minimes. Toutefois, le nouveau code est une avancée notable, surtout si le pays arrive à augmenter sensiblement ses participations dans les sociétés qui exploitent les minerais du Congo. Ce qui est loin d’être encore un acquis.

Au-delà des minerais, au niveau agricole aussi, les pays africains commencent à comprendre l’importance des ententes et autres collaborations pour faire face aux évolutions erratiques des cours des matières agricoles, fixés au niveau des bourses occidentales spécialisées. Ainsi, la Côte d’Ivoire et le Ghana, les deux premiers producteurs africains, qui pèsent 60% de la production mondiale de cacao, ont signé le mercredi 28 mars à Abidjan un accord historique visant à harmoniser leurs politiques de commercialisation du cacao.

Grâce à cet accord, les deux pays vont harmoniser annuellement le prix au producteur du cacao, une manière de lutter contre la contrebande. Cet accord va permettre de limiter et d’amortir les fluctuations des prix et de lutter contre a spéculation. Pour rappel, pour la saison 2017-2018, le prix payé aux planteurs était de 1.735 dollars la tonne au Ghana et 1.270 dollars la tonne en Côte d’Ivoire. Un différentiel qui provoque une contrebande importante.


LIRE AUSSI: La Côte d’Ivoire et le Ghana s'accordent pour contrôler les cours mondiaux du cacao


Mais au-delà de cet accord sur le prix au producteur, les deux grands producteurs de cacao, qui ont fortement été perturbés par la chute du cours de 35 à 40% en l’espace d’une année, déséquilibrant les finances publiques des deux pays et affectant durement leurs producteurs, ont surtout comme volonté affichée de contrôler les cours du cacao sur le marché mondial. «Nous travaillons en relation avec le Ghana, mais également avec la Banque africaine de développement et la Banque mondiale pour trouver un moyen de stockage pour une meilleure maîtrise de l’offre du cacao sur le marché mondial», a déclaré Alasssane Ouattara, en novembre 2017.

Selon le président ivoirien, dont le pays produit 2 millions de tonnes de cacao par an, soit 40%de la production mondiale, au niveau des revenus générés par la filière cacao et qui sont estimés à 100 milliards de dollars, les pays producteurs, essentiellement africains, n’en récoltent qu’entre 5 à 6%. Tout le reste profite aux acteurs basés hors du continent, notamment aux chocolatiers. D’où l’engagement des deux pays à transformer la majeure partie de leur production, ce qui pourrait créer de la valeur ajoutée pour les économies concernées et des emplois.

Ainsi, on voit émerger une certaine prise de conscience de la part des Etats africains en ce qui concerne la gestion de leurs ressources naturelles. Reste que ces initiatives demeurent mineures et le continent continue à brader ses importantes ressources naturelles qui ne sont pas renouvelables, sans aucune transformation au niveau local.

Aujourd’hui encore, les exportations des ressources agricoles, minières et énergétiques pèsent en valeur plus de 60% des exportations de la quasi-totalité des pays africains, à l’exception de l’Afrique du Sud, le Swaziland, le Lesotho, le Maroc et la Tunisie, selon la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (CNUCED).
Le 02/04/2018 Par Moussa Diop

à lire aussi