Fermer

Sénégal: Hassan El Ouardy, le fer de lance de la ”success story” de DBM Maroc au Sénégal

Mise à jour le 06/07/2017 à 14h10 Publié le 06/07/2017 à 13h28 Par Le360 Afrique - MAP

#Société
Hassan El Ouardy

Hassan El Ouardy, Directeur général d'Access Sénégal.

© Copyright : DR

#Maroc : En moins de 3 ans, Hassan El Ouardy a fait de DBM Maroc et de sa marque Accent une success story au Sénégal. Il ambitionne désormais de faire rayonner la marque marocaine au niveau de la sous-région CEDEAO. Retour sur son parcours au Sénégal et ses ambitions africaines.

En foulant pour la première fois de sa vie le sol sénégalais, en octobre 2014, Hassan El Ouardy n'espérait pas rencontrer, aussi vite, autant de réussite dans sa mission et imposer, en si peu de temps, la marque marocaine de téléphonie qu’il représente dans un marché africain en pleine floraison, certes, mais soumis à rude épreuve de concurrence.

La "success story" qu’il a pu faire vivre en terre sénégalaise à la société "DBM Maroc", constructeur de matériel informatique et producteur de la marque "Accent", n’est toutefois pas le fruit du hasard. Elle est la conséquence "évidente et légitime" de la vision de l’entreprise et d’une stratégie de marketing savamment orchestrée par ce jeune marocain épris de la téléphonie et engagé, corps et âme, pour relever les défis et les challenges imposés par la concurrence.

Le baccalauréat en poche, El Ouardy, 31 ans, qui a quitté son Oujda natal en 2005, ressentait déjà un fort penchant vers les domaines de l’informatique et de la téléphonie, ce qui l’a conduit à décrocher, deux ans plus tard à Rabat, un Diplôme de technicien spécialisé en réseaux informatiques.

Son emploi dans l’Administration publique ne l’a nullement détourné de ses occupations de prédilection : la formation, l’étude et la recherche dans le domaine informatique. Cette quête assidue du savoir a été sanctionnée, en 2012, par une Licence en management des organisations, de la filière Rabat de l’université parisienne Marne-la-Vallée et, plus tard, par une Maîtrise en gestion des organisations, de l’université québécoise de Chicoutimi.


LIRE AUSSI : Les Marocains du Sénégal: héritiers d’une «histoire de famille» millénaire



L’année 2014 marquera un tournant dans le parcours professionnel du jeune El Ouardy. En démissionnant de la fonction publique pour se lancer dans le privé, il s’est ouvert de nouvelles perspectives et de nouveaux défis relevés grâce à sa ténacité, sa persévérance et sa rage de réussir.

Embauché à Mohammedia par "DBM Maroc", avec comme objectif le lancement et le développement de la marque de téléphonie "Accent" au Sénégal et en Afrique de l’Ouest, il s’engage sans la moindre hésitation et entame, six mois après, sa mission à Dakar.

"A peine arrivé en terre sénégalaise, que je foulais pour la première fois, j’ai ressenti l’environnement accueillant et l’excellente sympathie réservée par les Sénégalais aux Marocains", tient à souligner à la MAP El Ouardy qui a rejoint, dans ce pays de l’Afrique de l’Ouest, les opérateurs et entreprises marocaines déjà implantées.

"Si les marchés africains, et en particulier de la sous-région de l’Afrique de l’ouest, sont aujourd’hui ouverts aux opérateurs marocains, c’est en grande partie grâce à la clairvoyance et aux initiatives louables de SM le Roi Mohammed VI qui a fait de l’ouverture sur le Continent le leitmotiv de la politique étrangère du Maroc, et du partenariat Sud-Sud, le socle de la coopération économique du Royaume", a-t-il tenu à souligner.


LITRE AUSSI : Sénégal: des officiels marocains satisfaits de l’avancée des travaux du pôle urbain de Diamniadio


El Ouardy, désormais Directeur général de "Accent Sénégal", chargé du développement de la marque en Afrique de l’Ouest, a procédé au lancement effectif du programme sénégalais "Un étudiant, un ordinateur" (équivalent du programme Injaz au Maroc), initié en partenariat avec la société "DBM Maroc".

S'inscrivant dans le sillage de l'amélioration de l'environnement numérique des universités, le programme fruit d'un contrat de performance (CDP) signé avec le ministère sénégalais de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, vise à permettre aux étudiants d'être au cœur des technologies de l'information et de la communication.

A ce jour, ils sont plus de 42.000 étudiants sénégalais à bénéficier d’ordinateurs et de tablettes de la marque marocaine dans le cadre de ce programme, selon le directeur du financement des établissements d'enseignement supérieur, Aboubacry Niane.

En parallèle avec la gestion et le suivi de cet important programme, le jeune El Ouardy qui s’est, entre temps marié au Maroc, a fait montre d’un dynamisme inouï en management et d’un don élevé de gestionnaire pour implanter à Dakar une entreprise performante et défricher le terrain pour la conquête de nouveaux marchés dans la sous-région.

"En seulement trois ans de présence, Accent Sénégal a réussi à se positionner parmi les leaders sur le marché", précise-t-il fièrement, affirmant qu’aujourd’hui, "la filiale compte une quarantaine d’employés sénégalais permanents, en plus de plusieurs autres emplois temporaires, et la marque marocaine est la 3e sur le marché des smartphones au Sénégal".


LIRE AUSSI : Fortes contributions des filiales africaines aux résultats des majors bancaires marocains


Fort de l’expérience sénégalaise et du succès du programme "Un étudiant, un ordinateur", le jeune DG qui a décroché, entre temps, un Master Business administration (MBA), de l’institut africain de management à Dakar, est actuellement en négociation avec des pays de la sous-région, dont la Guinée, le Nigeria, la Guinée-Bissau, le Mali et la Côte d’Ivoire, pour mettre au point des programmes similaires.

A ce sujet, et en connaisseur de la sous-région qu’il est devenu, El Ouardy tient à mettre en avant l’apport considérable de l’adhésion du Maroc à la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) sur l’ouverture davantage sur l’énorme marché ouest-africain.

La libre circulation des personnes et des marchandises entre les pays membres de cet important espace régional, conjuguée à la flexibilité prochaine du dirham, rendront les produits marocains plus compétitifs sur le marché régional, a-t-il expliqué, relevant que l’expertise et le savoir-faire cumulés par les opérateurs marocains en Afrique renforcent la présence des entreprises nationales dans plusieurs pays où elles opèrent selon l’approche gagnant-gagnant adoptée par le Royaume.


LIRE AUSSI : Vidéo. Côte d’Ivoire: le désarroi des commerçants marocains face à la hausse des loyers par les Libanais


A ce sujet, et en se référant à ses formations académiques ainsi qu’au savoir-faire acquis sur le terrain, El Ouardy compte se lancer, en parallèle, dans le consulting en mettant sur pied une structure dédiée au soutien-conseil aux entreprises marocaines, de différents domaines d’activités, désireuses de s’implanter au Sénégal et en Afrique de l’Ouest en général.

Partagé entre le Sénégal qui a signé le début de sa "success story" africaine, la Côte d’Ivoire où il est en négociation avancée pour implanter une antenne, et le Maroc où réside, pour des raisons professionnelles, son épouse et son bébé, Hassan El Ouardy est aujourd’hui loin d’être désemparé.

Faisant contre mauvaise fortune bon cœur, le jeune père de famille gère comme il peut l’éloignement familial. "La vie m’a appris que tout finit par s’arranger, et mon expérience en business, quoi que relativement courte, me rend chaque jour plus confiant en l’avenir'', confie-t-il à la MAP.
Le 06/07/2017 Par Le360 Afrique - MAP