Fermer

Tunisie: les touristes de retour, mais les recettes ne suivent pas

Mise à jour le 07/10/2018 à 14h30 Publié le 07/10/2018 à 13h56 Par Le360 Afrique - Afp

#Economie
Tourisme tunisien
© Copyright : DR

#Tunisie : Plus de six millions de vacanciers sont venus en Tunisie cette année, soit davantage qu'en 2014, avant une série d'attentats dévastateurs: mais si le tourisme a rebondi, les retombées économiques ne suivent pas, entre mauvaise gestion, concurrence et difficulté à rapatrier les devises.

Les revenus du tourisme en euros ont augmenté de 28% sur un an, du 1er janvier au 20 septembre, à 1 milliard d'euros, pour 6,2 millions de touristes, selon le gouvernement tunisien.

Cela constitue plus de touristes que sur l'ensemble de l'année 2014 (6,07) mais, dans le même temps, moins des deux tiers des recettes engrangées cette année-là (1,59 md d'euros).

"Ca repart en nombre de visiteurs, mais en +cash flow+, on est loin du compte", estime un haut cadre de la STB, l'une des principales banques tunisiennes, mise en difficulté par l'imposante dette des hôteliers.

La STB, banque publique massivement recapitalisée en 2015, traîne 1,7 milliard de dinars de dettes des hôteliers. En tout, ces derniers doivent toujours 4,4 milliards de dinars (1,4 milliard d'euros) à l'ensemble des banques.

Ces créances empêchent les établissements endettés de contracter de nouveaux crédits pour se moderniser.


LIRE AUSSI: Tunisie: "vraie reprise" du tourisme après des années difficiles


"Un tiers de l'offre touristique n'est pas viable économiquement, il faut épurer le secteur", estime la même source, soulignant que le revenu moyen par chambre est trois fois inférieur en Tunisie qu'au Maroc.

Recouvrement

L'hôtellerie a été développée à marche forcée dans les années 1990 sous le régime de Zine el Abidine Ben Ali. Les banques ont prêté largement à des notables pour qu'ils lancent leur hôtel, donnant naissance à une multitude d'établissements souvent mal gérés.

Depuis 2015, une circulaire permettait aux banques de ne pas provisionner les créances non performantes des opérateurs touristiques.

Il s'agissait d'alléger la pression sur ces acteurs clés de l'économie, dans la foulée d'attentats contre le principal musée de Tunis (le Bardo) et une station balnéaire de Sousse, qui avaient fait 60 morts et entraîné une chute brutale du tourisme. Mais cette facilité n'a pas été renouvelée cette année.


LIRE AUSSI: Tunisie: le tourisme retrouve son niveau d’avant le «Printemps arabe»


"Un crédit, ça se rembourse, (et) le temps est venu pour cela", souligne le directeur général de la STB, Samir Saied. "Autant nous avons été flexibles, autant nous allons être très exigeants sur le remboursement", martèle-t-il.

Un pari compliqué: la STB déplore une durée moyenne des procédures en justice dépassant les sept ans.

"C'est un secteur chouchouté par l'Etat. Quand une banque va en justice contre un hôtel, on ne cesse de nous rappeler que c'est le tourisme qui fait vivre 800.000 familles...", estime un cadre d'une banque franco-tunisienne.

Un livre blanc a été mis au point avec la Fédération tunisienne de l'hôtellerie (FTH) pour épurer les dettes, mais il n'a toujours pas été approuvé par le gouvernement.

La dépréciation du dinar, si elle rend la destination Tunisie plus attrayante, pèse également sur les retombées du tourisme calculées en devise.

Fraudes

En outre, une concurrence effrénée affaiblit les hôtels de moyenne et basse gammes.

Ceux-ci ont peu de pouvoir de négociation face à des tour-opérateurs dont les charters sont la seule façon de pallier le manque de vols réguliers, souligne la FTH, qui réclame l'ouverture à la concurrence du trafic aérien, un serpent de mer en Tunisie.


LIRE AUSSI: Tourisme en Afrique du Nord: le Maroc consolide sa position de leader


Après 2011, "nous n'avons pas su profiter de la crise (du tourisme) pour renouveler l'offre", souligne Mouna Ben Halima, secrétaire générale adjointe de la FTH, déplorant que les trois quarts des touristes européens viennent en Tunisie via des voyages organisés.

Une poignée d'intermédiaires engrangent en outre une large part des bénéfices des propriétaires incapables de traiter eux-mêmes avec les tour-opérateurs étrangers, souligne la STB.

Et certains patrons d'hôtels sont soupçonnés de frauder, plaçant en Europe ou dans le foncier une partie de leurs recettes.

"Légalement, les bénéfices doivent être rapatriés dans les banques tunisiennes, mais on sait qu'une partie de l'argent reste ailleurs", explique le cadre de la STB.


LIRE AUSSI: Tourisme: les 10 destinations africaines les plus prisées


Pour les hôtels qui encaissent de précieuses devises, ces fonds sont soumis à une réglementation stricte, appliquée de façon particulièrement tatillonne par la banque centrale ces derniers mois, car les réserves sont au plus bas.

"Certains ne rapatrient pas les fonds, cela évite à la fois la fiscalité et les restrictions aux mouvements de devises", explique un spécialiste des marchés de change.

En outre, un marché noir aux taux juteux attire au moins 30% des devises selon lui --dont la majorité de celles changées manuellement auprès des hôtels ou des commerces par les touristes.
Le 07/10/2018 Par Le360 Afrique - Afp

à lire aussi