Fermer

En visite à Alger, le président libyen obtient de Tebboune la promesse d'un "soutien absolu"

Mise à jour le 29/07/2021 à 11h32 Publié le 29/07/2021 à 11h22 Par Le360 Afrique - Afp

#Politique
En visite à Alger, Al-Manfi obtient la promesse de "son soutien absolu" de Tebboune
© Copyright : DR

#Algérie : L'Algérie apporte "son soutien absolu" à la Libye, a déclaré mercredi le président Abdelmadjid Tebboune en recevant son homologue libyen, Mohamed Younes al-Manfi, en visite officielle à Alger pour 48 heures.


L'Algérie est disposée à aider les Libyens "à faire entendre la voix de leur pays" et "à apporter aide et assistance à la Libye (...) dans  la résolution de certains problèmes soulevés", a déclaré Tebboune à l'issue de l'audience, selon une déclaration de la présidence algérienne à la presse. Le communiqué ne détaille pas la nature des problèmes.

Tebboune a rappelé la position de l'Algérie en faveur de "la tenue d'élections conférant davantage de légitimité au Conseil national et au président".

Alger préconise l'organisation d'une "double élection parlementaire et présidentielle en même temps", a dit M. Teboune.

>>> LIRE AUSSI: Algérie-Libye: voici les premières réactions d'Alger et des dirigeants de Tripoli après les déclarations de Haftar

Le président du Conseil présidentiel libyen s'est dit "ravi" du soutien algérien, selon des propos rapportés par l'agence officielle APS. 

Les deux dirigeants ont évoqué "la sécurité dans le Sud libyen, qui fait également partie de la sécurité commune des deux pays", lesquels partagent près de 1.000 km de frontières, a précisé le dirigeant libyen, toujours selon l'APS.

"Nous espérons établir une coopération technique algéro-libyenne ainsi qu'une coopération sécuritaire bilatérale", a-t-il dit, en précisant que la rencontre avait porté sur "la réunification des institutions, notamment l'institution militaire, et le cessez-le-feu".

>>> LIRE AUSSI : Vidéo. Algérie-Libye: le maréchal Haftar menace Alger d’une guerre

La Libye, où un cessez-le-feu est observé depuis octobre, tente de s'extraire d'une décennie de violences depuis le renversement et la mort de Mouammar Kadhafi après une révolte populaire en 2011.

Ce pays est censé tenir des élections générales le 24 décembre mais elles sont de plus en plus mises en doute.

De son côté, l'Algérie entend jouer un rôle plus actif dans la région, au Sahel et en Libye, avec la nomination d'un nouveau ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, un vétéran de la diplomatie multilatérale, très impliqué comme médiateur en Afrique.
Le 29/07/2021 Par Le360 Afrique - Afp