Fermer

Un avion d'Air Algérie qui voulait rapatrier en catimini des membres du Polisario expulsé de Malte

Publié le 04/05/2022 à 10h43 Par Djamel Boutebour

#Politique
Air Algérie
© Copyright : DR

#Algérie : Un avion d'Air Algérie qui voulait exfiltrer des membres du Polisario de Malte est reparti vide ce samedi 30 avril 2022, après que les autorités maltaises ont ordonné l'expulsion du personnel navigant. Silence radio à Alger.

Après la très embarrassante affaire Brahim Ghali, alias Mohamed Benbatouche, c'est désormais celle de l'expulsion d'un avion d'Air Algérie qui voulait rapatrier des responsables du Polisario de Malte qui défraie la chronique. L'information a été révélée par le site Algérie Partqui note le silence troublant des autorités algériennes autour de ce nouveau scandale. 

Selon Algérie Part, l'«avion d’Air Algérie (...) avait décollé totalement vide depuis Alger pour rejoindre La Vallette. Il s’agissait d’un vol spécial qui avait été mis en place par les autorités algériennes dans le but de rapatrier des ressortissants du Sahara occidental et des membres actifs du front Polisario.»

L'objectif était de rapatrier de la manière la plus confidentielle possible ces passagers vers les camps de Tindouf, et dans la clandestinité totale, puisque les autorités maltaises n'avaient pas donné leur accord pour l'opération.

>>> LIRE AUSSI: Les locaux d’Air Algérie à l’aéroport d’Orly de Paris perquisitionnés par la gendarmerie

Algérie Part pose, dès lors, plusieurs questions concernant ce fiasco, qui démontre, à suffisance, l'amateurisme des services algériens. «Mais pourquoi à Malte, les autorités se sont-elles opposées aussi brutalement à un vol spécial assuré par Air Algérie? Qui sont ces mystérieux voyageurs du Polisario que l’Algérie voulait à tout prix rapatrier vers Tindouf?», s'interroge le média en ligne. 

L'année dernière, avec la complicité d'Alger, Brahim Ghali, le dirigeant du Polisario, a été hospitalisé en Espagne sous une fausse identité. Les autorités algériennes avaient nié dans un premier temps leur implication dans cette opération très mal ficelée, avant de reconnaître l'évidence.
Le 04/05/2022 Par Djamel Boutebour