Fermer

Algérie: les revenus du gaz presque divisés par deux durant les 9 premiers mois de l'année

Mise à jour le 09/11/2020 à 16h53 Publié le 09/11/2020 à 16h50 Par Mar Bassine

#Economie
Algérie: le baril de pétrole désormais vendu à perte
© Copyright : DR

#Algérie : L'Algérie a vu ses revenus gaziers et pétroliers fondre comme neige au soleil durant les 9 premiers mois de l'année en cours. Le ministre algérien de l'Energie en dresse, lui-même, un tableau sombre.


D'après le North Africa Post, les revenus du pétrole algérien se sont effondrés de 41% à fin septembre, c'est-à-dire sur les neuf premiers mois de l'année 2020. Le pays a engrangé quelque 14,6 milliards de dollars sur cette période, ce qui expose l'ensemble de son économie à de grandes incertitudes, sachant que l'Algérie dépend du pétrole à plus de 90%.


>>>LIRE AUSSI: Algérie: cinq morts dans une explosion de gaz

Le ministre algérien de l'Energie, Abderrahim Attar, a notamment affirmé que cette baisse s'explique à la fois par la baisse brutale des cours, mais également par le repli des volumes exportés. Le baril de Brent affiche une moyenne de 41 dollars depuis le début de l'année, contre 65 dollars en 2019.

Ce lundi 9 novembre (à 15h53 GMT), avec l'annonce par les laboratoires Pfizer d'un candidat vaccin efficace à 90%, les cours du pétrole ont fait un bond de 9,13% par rapport à vendredi dernier. Mais, les experts sont unanimes sur le fait que même si les prix remontaient très sensiblement, l'économie algérienne continuera à faire face à des difficultés structurelles du fait de son extrême spécialisation.


>>>LIRE AUSSI: Algérie. Exploitation du gaz de schiste: le ministre Chitour prend Tebboune à contre-pied

En effet, le retard pris depuis des décennies dans la diversification sectorielle est un sérieux handicap pour le pays qui ne résiste pas aux chocs extérieurs. D'autant que, les cours du brut restent relativement bas depuis leur maximum historique de 2014 et les volumes extraits par l'Algérie ne cessent de baisser compte tenu de la vétusté des installations de la Sonatrach, mais aussi et surtout du recul des réserves prouvées.

Par ailleurs, sur ses principaux marchés, l'Algérie doit faire face à des féroces concurrents comme les Etats-Unis en Allemagne ou la Russie concernant les autres marchés européens. Ainsi, dans la péninsule Ibérique, l'Algérie n'est plus le premier fournisseur des sociétés d'électricité et de gaz, à cause des concurrents américains. En septembre dernier, un arrangement a certes été trouvé pour que l'Algérie continue à fournir les entreprises espagnoles, cependant il a fallu que la Sonatrach accepte de consentir une baisse de ses prix, ce à quoi elle se refusait depuis l'année dernière.


>>>LIRE AUSSI: Pétrole: l’Algérie dévoile le niveau de ses importantes réserves de pétrole et de gaz, mais...

Quoi qu'il en soit, ce recul des revenus du pétrole algérien, se traduit par une situation extrêmement tendue concernant les équilibres macro-économiques. Le pays sera bientôt à cours de devises, avec des réserves de changes historiquement faibles. Il ne resterait pas plus de 40 milliards de dollars, soit moins d'une année d'importation. Le déficit budgétaire également est concerné. En mai dernier, dans le cadre de la loi de finances complémentaire, le pays prévoyait un déficit budgétaire de 1977 milliards de dinars, soit près de 13 milliards d'euros en 2020.

Le 09/11/2020 Par Mar Bassine