Algérie: 10 ans de prison requis contre le porteur d’un drapeau amazigh

DR
Le 05/08/2019 à 15h37, mis à jour le 06/08/2019 à 17h31

Le procureur de la Cour de Annaba a demandé une très lourde peine de prison et une très forte amende à l’encontre de l’activiste Fetissi Nadir. Il est coupable d'avoir brandi le drapeau Amazigh.

La justice algérienne, sous la botte du général Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense et chef d’état-major de l’armée algérienne, semble décidément avoir perdu le nord.

Sous l’impulsion de l’homme fort d’Algérie, qui a menacé les porteurs du drapeau Amazigh lors des manifestations populaires, le procureur d’Annaba a montré qu’il a bien reçu le message.

Ainsi, il vient de requérir une lourde peine à l’encontre de Fetissi Nadir, arrêté le 5 juillet dernier lors d’une manifestation et coupable d’avoir brandi un drapeau Amazigh. Il a requis, à l’encontre de cet activiste, une peine de 10 ans de prison ferme et une amende de 1 million de dinars.

Reste à savoir si le juge va suivre le procureur dans son réquisitoire incompréhensible, et inédit pour un délit aussi mineur.

A titre de rappel, pour les mêmes accusations, deux autres détenus ont été libérés après que le procureur ait requis de la prison ferme.

Mais depuis, le chef d'état-mjor de l'armée algérienne est passé par là, en refusant l’apaisement sollicité, et accepté par le président par intérim Abdelkader Bensalah, visant à libérer tous les détenus du mouvement de contestation en prison.

En requérant une telle peine, Gaïd Salah souhaite envoyer un message clair à tous ceux qui portent l’emblème Amazigh, comme il l’a martelé dans son dernier discours, le 30 juillet dernier: «je rappelle encore une fois que seule la justice est souveraine de la décision, conformément à la loi, concernant ces individus qui se sont pris aux symboles et aux institutions de l’Etat et ont porté outrage à l’emblème national».

La justice algérienne est donc désormais, très clairement, à sa botte. Une situation somme toute logique, Ahmed Gaïd Salah ayant changé les principaux responsables de l’appareil judiciaire du pays.

Le contexte est tel que les Algériens, face à cette décision particulièrement surréaliste, où un vice-ministre, fût-il de la Défense, commande désormais à un président de la République, par intérim soit-il, n’ont plus qu’à menacer de recourir à la désobéissance civile pour faire plier Gaïd Salah. Cela a d'ailleurs été le cas, pas plus tard que vendredi dernier, où ce mot d'ordre a circulé. 

Par Karim Zeidane
Le 05/08/2019 à 15h37, mis à jour le 06/08/2019 à 17h31

Bienvenue dans l’espace commentaire

Nous souhaitons un espace de débat, d’échange et de dialogue. Afin d'améliorer la qualité des échanges sous nos articles, ainsi que votre expérience de contribution, nous vous invitons à consulter nos règles d’utilisation.

Lire notre charte

VOS RÉACTIONS

0/800