Fermer

Algérie: le régime est "capable de tout", selon des Algériens de France

Mise à jour le 11/06/2021 à 22h10 Publié le 11/06/2021 à 22h07 Par Le360 Afrique - Afp

#Politique
 Algérie: le régime est "capable de tout", selon des Algériens de France

Des Algériens de France mobilisés pour dénoncer le régime.

© Copyright : DR

#Algérie : Ils jugent le régime "capable de tout" pour assurer sa survie et craignent d'être "tous des prisonniers potentiels": de Paris à Marseille, des Algériens de France dénoncent les arrestations de contestataires et la répression en Algérie à la veille d'élections controversées.


"Il n'y a pas un mètre carré qui est resté libre pour le peuple algérien pour qu'il puisse s'exprimer. Le peuple algérien aujourd'hui il est réprimé sauvagement", a déploré auprès de l'AFP à Paris Omar Tarmelit, membre du collectif Libérons l'Algérie.

"On est tous en fait des prisonniers potentiels. Il suffit juste de dire qu'on n'est pas d'accord avec ce qu'il se passe, qu'on rejette ces élections-là pour aller en prison", estime aussi Farida Hamidi, activiste du mouvement contestataire Hirak qui réclame depuis 2019 un profond changement politique dans ce pays du Maghreb.

"L'Algérie, elle est périmée. L'avenir, là-bas, c'est la taule", lance un jeune homme de 24 ans, Rahim à Marseille (sud), deuxième ville de France où vit une importante communauté d'origine algérienne.


>>>LIRE AUSSI: Algérie: coup de filet sécuritaire à la veille des législatives


De l'autre côté de la Méditerranée, un coup de filet a visé jeudi des figures du Hirak, juste avant les législatives. Parmi les personnes interpellées à Alger figurent l'opposant Karim Tabbou, Ihsane El Kadi, directeur du site en ligne Maghreb Emergent et de Radio M, proches du Hirak, et le journaliste indépendant Khaled Drareni, qui collabore à cette station.

La capitale algérienne était bouclée vendredi.





"Depuis deux vendredis, Alger s'appelle la bleue. La bleue, car il y a les forces de police partout. Jusqu'à quand?", a lancé à l'AFP Aziz Bensaadek, à Marseille.

"Cela ne m'étonne pas, avec eux tout est possible", résumait Karim, un commerçant du quartier de Noailles dans cette ville.

Le régime du président algérien Abdelmadjid Tebboune tente d'étouffer depuis des mois le mouvement contestataire du Hirak: plus de 220 personnes sont actuellement incarcérées.

"A la veille des élections, ils embarquent deux journalistes et un militant politique? Ils ne font même plus semblant, ils ne se cachent plus. C'est un point de non-retour, il n'y a plus aucune limite à ce régime", s'indigne l'activiste politique Samir Yahiaoui, disant "craindre le pire".

Devant le consulat algérien à Paris, où le scrutin est ouvert depuis jeudi, quelques opposants installent des banderoles "A bas la dictature" et "Hirak debout".


>>>LIRE AUSSI: Algérie: Marionnette de l'Armée, Tebboune cherche une légitimité en tuant le Hirak


"Le pouvoir algérien, c'est comme un virus, il préfère évoluer dans les milieux malsains pour se préserver. Il continuera à violenter, à broyer les militants", lance Tahar Sesirir, un militant. "Mais on ne lâchera pas", affirme-t-il, tandis qu'un homme d'une soixantaine d'années, Saïd, veut croire que "la révolution tient le bon bout, car cette fois ce sont les jeunes qui se sont approprié le mouvement, pas des vieux schnoks comme nous".

A Marseille, quelques rares personnes sont aussi venues voter dans des locaux au parc des expositions Chanot.

"Si tous les gens du Hirak, ils décidaient de voter, ça seraient 40 millions de bulletins dans les urnes et je vous garantis que la démocratie là elle s'exprimerait vivement", souligne Azdine Dehou, qui est venu mettre son bulletin dans l'urne "parce que la démocratie c'est participer au vote".

Hors du bureau de vote, Aziz Bensadek estime au contraire que "ce vote approfondit la crise" et rappelle: "Les jeunes sont demandeurs de discussions pour changer les règles du jeu au pays".

Le 11/06/2021 Par Le360 Afrique - Afp