Fermer

Egypte: Al Sissi s'acharne à rétrocéder deux îles à l'Arabie Saoudite

Mise à jour le 29/11/2016 à 15h36 Publié le 29/11/2016 à 14h37 Par Mar Bassine

#Politique
Egypte-Arabie Saoudite
© Copyright : DR

#Autres pays : Afin de calmer l'Arabie Saoudite, le gouvernement d'Al Sissi tient absolument à céder deux îles en mer Rouge à son puissant voisin. Malgré plusieurs décisions défavorables devant les cours de justice égyptienne, il continue de faire appel. Les relations entre les deux Etats en dépendent.


Depuis que le royaume saoudien a interrompu ses approvisionnements de pétrole, le gouvernement d’Abdelfattah Al Sissi fait tout pour normaliser les relations bilatérales entre les deux pays. Aussi, a-t-il fait appel de l’arrêt du Conseil d’Etat concernant les îles qu’Al Sissi veut rétrocéder à l’Arabie Saoudite. Car, le Conseil d’Etat avait validé la décision d’un tribunal qui rejetait la décision du Caire de redonner à l’Arabie Saoudite les îles Tiran et Snafir, toutes deux situées dans la mer Rouge et dont Riyad réclame la souveraineté.


LIRE AUSSI:
Egypte-Arabie Saoudite: ça se complique

C’est en avril dernier que l’annonce de leur rétrocession a été faite. Le gouvernement d’Al Sissi avait alors affirmé que les deux îles avaient été récupérées en 1950 pour éviter qu’Israël ne mette la main dessus. L'annonce a déclenché un lever de boucliers au sein de la société civile égyptienne qui a accusé le gouvernement de vouloir vendre un bout du territoire. Le lien avec l’aide financière précieuse que fournit l’Arabie Saoudite a été vite fait.

Les relations entre Riyad et le Caire traversant une période tumultueuse, la position de la justice égyptienne n’arrange pas les affaires du gouvernement. En effet, Al Sissi souhaite voir reprendre la livraison des 300.000 barils mensuels de la société saoudienne Aramco. En octobre, cette dernière avait suspendu le contrat portant sur 23 milliards de dollars de pétrole à livrer sur trois ans. Elle avait prétendu se trouver en sous capacité et par conséquent ne pas être en mesure de tenir ses engagements. L’explication fournie par Aramco n’avait pas convaincu grand monde.


LIRE AUSSI:
Egypte-Arabie Saoudite: vive tension entre alliés stratégiques

Aujourd'hui, les observateurs n'hésitent pas à lier le contrat de fourniture signé entre Aramco et le gouvernement égyptien et la rétrocession des deux îles. Les 23 milliards de dollars de pétrole à fournir à l'Egypte ne faisaient-ils pas partie du prix payé par l'Arabie Saoudite? Si tel est le cas, Al Sissi n'est pas prêt de jeter l'éponge. L'Egypte traverse une période extrêmement tendue et a besoin de ressources financières. Les 12 milliards de dollars accordés par le FMI en échange de douloureuses réformes ne suffisent pas. Le soutien de l'Arabie Saoudite est incontournable. De toute manière, l'acharnement d'Al Sissi à rendre ces deux îles à l'Arabie Saoudite est révélateur. 
Le 29/11/2016 Par Mar Bassine