Réouverture des frontières de l'UE: le Cameroun souhaite que son exclusion soit «reconsidérée»

DR
Le 06/07/2020 à 16h10, mis à jour le 06/07/2020 à 17h25

Seuls quatre pays africains font partie de la liste des pays dont les ressortissants peuvent être autorisés à entrer dans l’espace Schengen, lors de la réouverture de ses frontières. Si certains ont appliqué le principe de réciprocité, d’autres souhaitent la reconsidération de leur cas.

Depuis la nuit du vendredi 3 juillet, l’Union européenne (UE) a rouvert ses frontières aux voyageurs, après les fermetures occasionnées par la crise sanitaire liée au Covid-19. En effet, les voyages «non essentiels» vers l’Europe ont été interdits depuis le 17 mars 2020, afin de lutter contre la propagation du virus.

Cependant, de nombreux pays africains ne font pas partie de la liste de 15 pays dont les ressortissants sont autorisés à circuler dans l’espace Schengen. Seuls le Rwanda, l’Algérie, le Maroc et la Tunisie sont, pour le moment, dans cette liste restreinte. Ailleurs sur le continent, la pilule est difficile à avaler pour les pays recalés.

Au Cameroun, le sujet a été abordé lors du Comité interministériel chargé d’évaluer et de suivre la mise en œuvre de la stratégie gouvernementale de riposte contre la pandémie du Covid-19, ce mercredi à Yaoundé.

Les débats ont notamment porté sur la finalisation du protocole de gestion des vols internationaux, en prélude à la réouverture du trafic aérien et l’examen de la situation née de cette décision restrictive de la Commission de l’UE.

«Le ministre (des Transports) a souligné que les mesures déjà prises et celles envisagées sont conformes aux exigences de l’Union européenne. Il a préconisé qu’une action diplomatique soit engagée dans le sens de reconsidérer la situation du Cameroun», indique le communiqué publié à l’issue de la concertation.

Cependant, dans l’opinion publique, d’aucuns souhaiteraient l’application du principe de réciprocité, à l’image du Sénégal et du Gabon, qui ont également fermé leurs frontières aux pays de l’UE.

«Aucun ressortissant des pays de l’espace Schengen ne doit également être autorisé d’entrer au Cameroun durant cette période d’interdiction, quel que soit son statut diplomatique ou sanitaire. Nous ne pouvons pas être victimes d’un virus venant de l’espace Schengen et en payer le prix», indique notamment Joshua Osih, député du Social Democratic Front (SDF, opposition).

Au sujet de la situation épidémiologique du pays, au 1er juillet 2020, 13.711 personnes ont été testées positives. Par ailleurs, 11.114 patients ont été déclarés guéris et 328 personnes décédées des suites du Covid-19, soit un taux de létalité de 2,3%.

Par Patricia Ngo Ngouem (Yaounde, correspondance)
Le 06/07/2020 à 16h10, mis à jour le 06/07/2020 à 17h25

Bienvenue dans l’espace commentaire

Nous souhaitons un espace de débat, d’échange et de dialogue. Afin d'améliorer la qualité des échanges sous nos articles, ainsi que votre expérience de contribution, nous vous invitons à consulter nos règles d’utilisation.

Lire notre charte

VOS RÉACTIONS

0/800