Fermer

Centrafrique: six militaires tués par des rebelles dans le sud-est

Publié le 29/04/2022 à 12h00 Par Le360 Afrique - Afp

#Politique
rebelles centrafricains
© Copyright : DR

#Autres pays : Six militaires ont été tués jeudi dans une attaque de rebelles dans le sud-est de la Centrafrique, en proie depuis plusieurs années à une guerre civile, a déclaré vendredi à l'AFP le député de la région.


"Des rebelles ont attaqué jeudi vers 4 heures du matin la ville de Nzako", à 700 km à l'est de la capitale Bangui, près de la frontière avec la République démocratique du Congo, et "le bilan est de 6 morts du côté des militaires et trois rebelles ont également été tués", a assuré Gabin Mboli Fouele.

M. Mboli Fouele a pointé la responsabilité des rebelles membres de la Coalition des patriotes pour le changement (CPC), une alliance créée en décembre 2020 pour renverser le président Faustin Archange Touadéra, qui briguait un deuxième mandat.

>>> LIRE AUSSI: La Centrafrique, premier pays africain à adopter le Bitcoin comme monnaie officielle

"Les rebelles ont pillé la ville jeudi, avant de se replier dans la brousse mais ils vont revenir à un moment", a assuré M. Mboli Fouele.

"Les rebelles ont attaqué la ville hier (jeudi) dans la matinée", a confirmé à l'AFP la maire de la localité Adja Kaltouma Gandja, qui n'a pas donné de bilan.

La Centrafrique, deuxième pays le moins développé au monde selon l'ONU, est le théâtre depuis 2013 d'une guerre civile, très meurtrière dans ses premières années mais qui a baissé d'intensité depuis 2018.

>>> LIRE AUSSI: Centrafrique: arrestation d'un ancien milicien recherché pour "crimes de guerre"

Fin 2020, les plus puissants des nombreux groupes armés qui se partageaient alors les deux tiers du territoire avaient lancé peu avant les élections une offensive sur Bangui et M. Touadéra avait appelé Moscou à la rescousse de son armée démunie.

Des centaines de paramilitaires russes avaient alors rejoint des centaines déjà présents depuis 2018 et permis, en quelques mois, de repousser l'offensive des rebelles puis de les refouler d'une grande partie des territoires et villes qu'ils contrôlaient. Mais sans pouvoir y réinstaller partout et durablement la présence et l'autorité de l’État.

Le 29/04/2022 Par Le360 Afrique - Afp