Cameroun. Coronavirus: comment les jeunes innovent pour endiguer la pandémie

Oxxynet, un système pouvant permettre aux hôpitaux de produire de l’oxygène médical.. DR

Le 23/08/2020 à 14h21, mis à jour le 23/08/2020 à 14h49

Voici une présentation de quelques innovations sélectionnées à l'issue d'une compétition digitale, qui contribuent à la résilience de la société camerounaise face à la pandémie du Covid-19 et à ses effets induits.

Le combat contre la pandémie de coronavirus (Covid-19) mobilise toutes les énergies au Cameroun, notamment celles de jeunes innovateurs qui ont récemment présenté des projets pour lutter contre les effets du Covid-19.

Des projets récemment énumérés à l'issue d'un concours lancé par le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) au Cameroun, pour contribuer à la résilience de la société camerounaise face à la maladie.

Parmi les inventions qui ont retenu l'attention, il y a d'abord celle d'Arthur Zang, nventeur notamment de la tablette médicale Cardiopad.

Cette fois-ci, le jeune ingénieur camerounais a mis au point un système pouvant permettre aux hôpitaux de produire de l’oxygène médical, afin de faciliter notamment la prise en charge des personnes souffrant de détresse respiratoire, notamment dans les localités enclavées. L'invention est baptisée Oxynnet.

Ensuite, il y a le projet «Orion» d'Emmanuel Momha. Il s'agit, grosso modo, d'un stand mobile mécanique et modulable, qui permet de respecter les mesures d'hygiène dans les marchés. Il prend en compte la distance physique entre les personnes et une gestion optimale des déchets pour un meilleur assainissement.

Par ailleurs, le projet «Ouicare» d'Emmanuel Assom est un système de télé-médecine qui met en contact les patients et le personnel médical à distance. Entre autres objectifs: pallier le phénomène de désertion des hôpitaux par les patients observé depuis le début de la crise sanitaire et permettre aux malades de continuer à bénéficier d'une assistance médicale, sans pour autant se déplacer.

"OuiCare" permet également aux utilisateurs de sauvegarder, en toute sécurité, leurs données médicales et d’y avoir accès à tout moment. Il s'agit également d'un carnet de santé numérique, qui permet aux formations sanitaires d’avoir rapidement des informations fiables et actualisées sur les patients.

Par ailleurs, «JRME» (Je réussis mon examen), l'invention de Lovelyne Alima, est une plateforme académique de e-learning, qui permet à ses usagers de télécharger des leçons sous forme de podcasts ou de kits pédagogiques, à un moindre coût de connexion.

Un soutien pédagogique qui s'inscrit dans le contexte d'interruption des cours dans les établissements scolaires du pays, au début de la pandémie, en mars 2020.

Enfin, le projet «Tchossa» de Pyrrus Koudjou est une application mobile qui donne en temps réel des informations sur la pandémie du Covid-19. Elle fonctionne en ligne et hors-ligne, et consiste en un système de dialogue, un chatbot qui répond automatiquement aux questions liées au nouveau coronavirus.

Au 21 août 2020, la situation épidémiologique du pays faisait état de 18.762 cas positifs au Covid-19, dont 17.065 guéris, soit un taux de guérison de 91,4%. Il y a eu 408 décès dus au coronavirus au Cameroun, pour un taux de létalité de l'ordre de 2,1%.

Par Patricia Ngo Ngouem (Yaounde, correspondance)
Le 23/08/2020 à 14h21, mis à jour le 23/08/2020 à 14h49