Fermer

Quatre pays ou régions d'Afrique menacés de sombrer dans la famine, selon les agences de l'ONU

Mise à jour le 06/11/2020 à 15h35 Publié le 06/11/2020 à 15h34 Par Le360 Afrique - Afp

#Société
famine
© Copyright : DR

#Autres pays : Quatre régions ou pays d'Afrique risquent de sombrer dans une situation de famine, ont averti vendredi l'agence des Nations Unies pour l'Agriculture et l'alimentation (FAO) et le programme alimentaire mondial (PAM) des Nations unies.

Il s'agit du Burkina Faso, situé dans la région du Sahel en Afrique de l'Ouest, du nord-est du Nigéria, du Soudan du Sud et du Yémen, avertissent les deux organismes dans un rapport publié vendredi.

Une partie des personnes vivant dans ces quatre foyers "fait face à une situation de faim critique", le rapport avertissant que l'escalade des conflits et les difficultés accrues concernant l'accès de l'aide humanitaire pourraient engendrer un risque de famine.

la FAO et le PAM pointent une conjonction de facteurs (conflits, déclin économique, situation climatique extrême et pandémie du Covid-19) qui font "basculer les populations plus profondément dans la phase d'urgence de l'insécurité alimentaire".


LIRE AUSSI: Famine au Nigeria: MSF met en garde contre "une catastrophe de grande ampleur"


Le rapport publié vendredi souligne toutefois que ces quatre régions sont loin d'être des cas isolés : "la carte du monde montre que les taux d'insécurité alimentaire aiguë atteignent de nouveaux sommets à l'échelle mondiale", indique le rapport selon lequel seize autres pays sont fortement menacés par l'augmentation des niveaux de faim aiguë.

Parmi ces pays, on retrouve le Venezuela, Haïti, l'Ethiopie, la Somalie, le Cameroun, la Centrafrique, le Mali, le Niger, la Sierra-Leone, la République démocratique du Congo, le Mozambique, le Zimbabwe, le Soudan, le Liban, la Syrie et l'Afghanistan.


LIRE AUSSI: Zimbabwe. Programme Alimentaire Mondial: un tiers des ruraux risquent la famine


La FAO et le PAM espèrent que ce rapport favorisera une action "immédiate pour éviter qu'une crise majeure (ou une série de crises) ne se produise d'ici trois à six mois."

L'évolution de la situation dans ces pays est notamment conditionnée par l'accès à l'aide humanitaire et la poursuite du financement des interventions humanitaires, soulignent les auteurs du rapport.
Le 06/11/2020 Par Le360 Afrique - Afp