Société

Fête nationale de l’unité: les Camerounais exaltent le vivre-ensemble entre les peuples

VidéoLe Cameroun a célébré, le 20 mai 2022, la 50ème édition de la Fête nationale de l’unité. Un moment de fortes émotions qui a permis aux Camerounais d’évaluer le vivre-ensemble entre les peuples d'un pays qui compte plus de 250 ethnies.

Le 22/05/2022 à 07h32, mis à jour le 22/05/2022 à 08h27

«Forces de défense et de sécurité au service du peuple, pour la préservation de la paix sociale et de la cohésion nationale, gage de l’émergence du Cameroun». C’est sous ce thème que les activités marquant les 50 ans de l’unité nationale au Cameroun se sont tenus. La plus grande de ces activités a été le défilé civil et militaire présidé à Yaoundé par le président Paul Biya.

Il faut rappeler que la Fête de l’unité nationale est en réalité la fête nationale du pays instaurée le 20 mai 1972 au terme d’un référendum qui avait permis aux Camerounais de voter pour un Etat unitaire par opposition à l’Etat fédéral existant à cette époque. La Fête de l’unité nationale au Cameroun est donc une occasion pour les fils et filles du pays d’évaluer la paix et la cohésion entre les populations afin de trouver des solutions aux difficultés y afférentes.

Pour cette année 2022, les citoyens estiment que le vivre-ensemble est effectif entre les peuples malgré la crise socio-politique qui sévit dans les régions anglophones du pays, en l’occurrence les régions du Sud-Ouest et du Nord-Ouest.

De nombreuses personnes relèvent néanmoins que certains comportements entravent la cohabitation entre les populations. L’on cite, entre autres, la xénophobie, le népotisme, la corruption et les injustices de toute sorte. D’autres évoquent le déséquilibre entre les classes riches et pauvres.

En somme, les populations vivent en harmonie au Cameroun. Le simple vêtement ne distingue pas un Nordiste d'un Sudiste, par exemple. Au même titre que les valeurs culinaires qui ne se limitent pas aux régions d’origine.

«Je suis du Centre mais ma nourriture de préférence est la sauce jaune de l’Ouest ou le koki de la même région», nous a laissé entendre un chauffeur de taxi rencontré au centre-ville de Yaoundé. Comme lui, d’autres personnes se sentent plus à l’aise dans la culture d’autres peuples. Le Cameroun compte plus de 250 ethnies. Un riche potentiel culturel à préserver pour l’émergence du pays.

Par Le360 Afrique (avec AFP)
Le 22/05/2022 à 07h32, mis à jour le 22/05/2022 à 08h27