Côte d’Ivoire: les déchets ménagers, de l’or en barres qui sommeille

La valorisation des déchets et les opportunités pour l'économie ivoirienne.
Le 21/10/2023 à 17h54

VidéoLa Côte d’Ivoire produit annuellement près de 2,5 millions de tonnes de déchets ménagers qui pourraient générer des revenus conséquents et créer de nombreux emplois, pour peu qu’un nouveau modèle économique voie le jour. Le Forum africain de l’économie circulaire (EcoCir) Abidjan 2023 pourrait en être le déclic.

«Chaque Abidjanais produit plus de 280 Kg d’ordures ménagères par an, ramené à toute la population, la quantité de déchets avoisine 1,4 million de tonnes de déchets dont 16% de déchets secs (plastique, papier, textile, verre, métaux) et 68% de déchets organiques et 16% de matière inertes», a précisé Modeste Guy Dogbo, conseiller du ministre-gouverneur du District autonome d’Abidjan. Ce dernier s’exprimait à l’ouverture du Forum africain de l’économie circulaire (EcoCir) à Abidjan.

Du 18 au 21 octobre 2023, à la patinoire du Sofitel Hôtel Ivoire, des spécialistes de l’économie circulaire, professionnels de différents milieux économiques, scientifiques, industriels de différents horizons ont échangé sur le sujet.

A travers des panels, exposés et masters class, des activités de recyclage et de revalorisation des déchets ont été présentées aux participants. Ce fut une aubaine pour plusieurs participants pour exposer leur savoir-faire créatif pour impulser le domaine à travers des produits alimentaires, vestimentaires, ainsi que d’objets et d’œuvres d’art, issus du recyclage et de la transformation des déchets.

Jacques Assahoré, le tout nouveau ministre de l’Environnement du développement durable et de la transition écologique, représentant le Premier ministre Robert Beugré Mambé, a mis en lumière les avantages de l’économie circulaire, en indiquant qu’elle offre des opportunités considérables à l’Etat et à ses démembrements ainsi qu’au secteur privé.

D’abord aux administrations, elle permet de renforcer le cadre réglementaire en favorisant l’intégration des principes mêmes de ce système économique, de motiver la gouvernance locale participative et de promouvoir la création de nouveaux emplois.

Pour les collectivités locales, elle permet d’optimiser l’utilisation des énergies et des ressources locales, d’activer la gouvernance locale, ainsi que la socialisation des citoyens, en créant également de nombreux emplois.

Pour les industriels et autres opérateurs économiques, l’économie circulaire constitue un puissant levier d’opérationnalisation de l’économie verte, le partenariat public privé, la responsabilité élargie du producteur. Elle devrait également leur offrir l’opportunité de réaliser des économies et réduire les charges de gestion des déchets. Quant aux citoyens, l’économie circulaire leur permet de mieux consommer en dépensant moins, de privilégier l’achat de service plutôt que le produit.

Le ministre de l’environnement s’est réjoui de l’organisation de ce forum qui «donne l’occasion aux acteurs et opérateurs intervenant dans divers secteurs d’activité, de dresser de manière concertée la problématique du développement durable».

A l’attention des différents acteurs économiques, des décideurs et compétences scientifiques présents, N’Cho Kouao Vincent représentant le district d’Abidjan a déclaré en ces termes: «Nous attendons que de ce premier forum international qui se tient Abidjan, qu’émergent des orientations, des recommandations et des présentations d’expériences fortes déjà vécues ailleurs pour nous permettre de mettre en pratique ce nouveau modèle économique en vue de son application sur toute l’étendue du territoire».

Par l’entremise de différentes déclinaisons sectorielles, l’économie circulaire est un outil indispensable à la réalisation d’un développement propre. Aubaine pour les jeunes économies africaine, l’économie circulaire est génératrice d’innovation territoriale par la promotion de nouvelles filières et d’activités non délocalisables. Un modèle économique circulaire ne pourra s’implanter durablement que si les citoyens se saisissent du sujet


Par Emmanuel Djidja (Abidjan, correspondance)
Le 21/10/2023 à 17h54