Fermer

Vidéo. Mali: les salles de cinéma ont pratiquement disparu du paysage

Mise à jour le 12/06/2021 à 13h22 Publié le 12/06/2021 à 13h20 Par notre correspondant à Bamako Diemba Moussa Konaté

#Médias
disparition des salles de cinéma au Mali
© Copyright : Le360 / Diemba Moussa Konaté

#Mali : Au Mali, sur toute l'étendue du territoire, il n’y a plus que le Ciné-magic, ex-Babemba de Bamako, qui est opérationnel. Toutes les autres salles de cinéma ont mis la clé sous le paillasson.

Selon les professionnels, cette disparition des salles de cinéma au Mali est due, en partie, à la non satisfaction du cahier des charges concernant les salles de cinéma, mais également à l'impact du développement du numérique qui fait qu'un film se retrouve sur les téléphones portables et les ordinateurs bien avant qu'il soit diffusé dans les salles. 


>>>LIRE AUSSI: Vidéo. Mauritanie: Nouakchott abrite "O'Meme", la première édition d'un Festival international de cinéma

On est loin de la profusion de salles de cinéma qu'a connue le pays il y a quelques décennies et dont les professionnels parlent avec beaucoup de nostalgie, en rappelant leur genèse et le développement qui a suivi la période coloniale.

En effet, comme dans la plupart des pays francophone, les salles de cinéma sont initialement liées à la présence de l'ancienne métropole qui en avait fait d'abord un moyen de communication.

Le cinéma a ainsi été un média de propagande. Avant l’avènement de la télévision en 1983, c’est le cinéma qui servait à informer la population sur l’actualité, tout en faisant progressivement place aux films venus de Hollywood et plus tard de Bollywood.


>>>LIRE AUSSI: Fespaco: le principal festival du cinéma africain reprogrammé en octobre

L’équipe se déplaçait, de village en village, pour diffuser l’actualité filmée avant toute projection de films.

Aujourd'hui à Bamako, comme dans les autres villes, les salles ont disparu et bien entendu, il n'est plus possible d'envoyer des équipes de projection dans les zones éloignées.


Le 12/06/2021 Par notre correspondant à Bamako Diemba Moussa Konaté