Fermer

Meurtre de l'étudiant marocain: Macky Sall reçoit Berrada et prend des mesures

Mise à jour le 03/03/2017 à 12h37 Publié le 03/03/2017 à 11h27 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé

#Politique
Meurtre de l'étudiant marocain: Macky Sall reçoit Barrada et annonce de fermes mesures

Macky Sall recevant l'ambassadeur Taïeb Barrada en compagnie du ministre de l'Intérieur, Abdoulaye Daouda Diallo.

© Copyright : DR

#Maroc : Après le meurtre de Mazine Chakiry, les autorités sénégalaises très embarrassées multiplient les signaux pour rassurer la communauté étrangère en général et marocaine en particulier. Macky Sall a reçu l'ambassadeur du roi du Maroc Taleb Berrada et annonce un plan de lutte contre la délinquance.


Devant l’inquiétude des citoyens, Macky Sall multiplie les signaux pour rassurer aussi bien les Sénégalais que la communauté étrangère. Hier, jeudi 2 mars, il a reçu Taïeb Barrada, l'ambassadeur du Maroc à Dakar, pour lui présenter des condoléances et le rassurer quant aux mesures qu'il compte prendre. La veille déjà, il déroulait sa stratégie contre la délinquance devant la gravité de la situation. Il faut dire que le contexte n'est pas très rassurant dans le pays de la Teranga. 


VOIR AUSSI: Vidéo. Les étudiants marocains manifestent à Dakar après le meurtre de Mazine

Deux établissements financiers et une station-service ont été dévalisés en l'espace de 30 jours. En une semaine, deux personnes sont mortes des suites d’une agression: l'étudiant marocain en médecine dentaine, Mazine Chakiri, par arme blanche, l’autre par arme à feu. L’inquiétude gagne les populations. 

D'abord, il y a eu le braquage de l’agence Ecobank de Yeumbeul dans la nuit de lundi 23 au mardi 24 janvier et 111 millions de FCFA ont été volés. Ensuite, un hold-up s'est déroulé en plein jour à la banque Atlantique du quartier Liberté V, le jeudi 16 février, 6 millions de FCFA sont emportés. Puis, la station EDK de Thiès subit un vil à main armée dans la nuit de vendredi 17 au samedi 18 février et les malfrats font main basse sur la caisse du pompiste et sur celle de la boutique Leader Price.

La liste est loin d'être exhaustive. Le pays a connu une fin d'année 2016 extrêmement violente, avec plus d'une dizaine de meurtres en quelques semaines. 

LIRE AUSSI: Meurtres à la chaîne: "le Sénégal sous l’emprise des djinns"

En ce début 2017, les Sénégalais n’ont dormi que d’un œil devant la recrudescence de la délinquance à Dakar, Thiès et certaines villes du Sénégal. Encore plus inquiétant, les voleurs à la sauvette ont cédé le terrain à des bandes encagoulées et lourdement armées. Impuissantes, les populations se posent des questions sur le rôle des autorités à qui il incombe la mission de les protéger.

La stratégie de Macky Sall contre l’insécurité


Afin de contrecarrer l’insécurité galopante, le Président Macky Sall a, au cours du Conseil des ministres de mercredi 2 février 2017, insisté sur la mise en place de «stratégies adéquates de lutte contre la délinquance». Il a tenté d’apporter une réponse à l’insécurité. A cet effet, il a rappelé à l’équipe gouvernementale que la mission régalienne de l’État est d’assurer la sécurité des personnes et des biens. Il incite ainsi les ministres de l’Intérieur et de la Sécurité publique et celui des Forces armées «à déployer,  dans toutes les localités du Sénégal, les stratégies adéquates ainsi que les moyens de prévention et d’intervention nécessaires, afin de juguler la recrudescence de la délinquance».

Macky Sall demande également au «gouvernement de développer, en relation avec les acteurs économiques et sociaux, des actions significatives de présence sur le terrain et une communication de proximité, en vue d’améliorer la couverture sécuritaire, notamment des établissements financiers, des pharmacies, des marchés, des centres commerciaux, des boutiques et autres magasins de produits et d’articles de luxe». Toutes ces dispositions devront figurer dans «le Plan national consensuel de lutte contre la délinquance qui devra être exécuté immédiatement», a insisté Macky Sall.
Le 03/03/2017 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé