Economie

Afrique du Sud: le groupe marocain OCP s'implique dans l'extraction de terres rares

Le groupe marocain OCP, leader mondial du phosphate, l’Université Mohammed VI Polytechnique (UM6P) et la compagnie minière britannique Rainbow Rare Earths viennent de signer un accord-cadre relatif à un projet d'extraction de terres rares en Afrique du Sud.

Par Mohamed Koné
Le 22/08/2022 à 14h26
Terres rares OCP
Terres rares. | DR

L’accord, annoncé lundi via un communiqué, porte précisément sur le projet Phalaborwa de Rainbow Rare Earths dans le nord-ouest de l’Afrique, lequel héberge une ressource de 38,3 millions de tonnes d’une teneur de 0,43 % d’oxyde de terres rares totales (TREO) contenue dans des résidus de phosphogypse. Ces résidus proviennent d’une ancienne opération d’exploitation de phosphate située à proximité, détenue par la compagnie Foskor, poursuit le communiqué.

Rainbow Rare Earths veut ainsi profiter des «importants actifs de propriété intellectuelle, du savoir-faire et de l’expertise» de ses partenaires marocains en matière de traitement de phosphogypse. «Nous sommes ravis de conclure cet accord avec des partenaires aussi innovants et nous croyons que leur important connaissance en matière de traitement de phosphogypse cadre parfaitement avec notre expertise technique en matière de traitement des terres rares», s’est réjoui le CEO de Rainbow Rare Earths, George Bennett, cité dans le communiqué.

Selon la même source, l’OCP, l’UM6P et Rainbow Rare Earths ambitionnent de «développer un plan optimal pour l’extraction de terres rares du phosphogypse, ainsi que l’étape suivante consistant au traitement de ces terres rares». Les parties vont travailler ensemble sur le développement de procédés d’extraction pilotes et à l’échelle industrielle, conclut-on.

Par Mohamed Koné
Le 22/08/2022 à 14h26