Afrique: les stars du continent s'indignent de la vente d'esclaves en Libye

Koffi Olomide, Youssou N'Dour et Alpha Blondy ont dénoncé la situation des Africains en Libye.

Le 19/11/2017 à 14h47, mis à jour le 20/11/2017 à 11h21

Un intellectuel, des artistes et un footballeur africain ont condamné la barbarie qui transforment les migrants subsahariens en esclaves en Libye et ont sommé les Etats de réagir.

Réprobation timide de la part des dirigeants africains après un reportage de la chaîne américaine CNN sur un commerce d’esclaves en Libye. Seuls deux chefs d'Etat ont en effet condamné ce terrible commerce: le président guinéen Alpha Condé, président en exercice de l’Union africaine et Mahamadou Issoufou, président du Niger. Toutefois, dans les milieux politique, artistique et sportif du continent, l’indignation s'est clairement exprimée.

A Nouakchott, des intellectuels ont condamné cette situation, tout en s'étonnant du silence des autorités mauritaniennes. Sur les réseaux sociaux, Lô Gourmo, vice-président de l’Union des Forces de Progrès (UFP-un parti de l’opposition) et avocat, a invité notre mémoire collective à se replonger dans l’histoire récente pour comprendre ce qui se passe aujourd’hui. Ce praticien du droit a rappelé l’action néfaste de la communauté internationale en Lybie, en pensant, sans le nommer, à l’ancien président français Nicolas Sarkozy: «Ils ont détruit l’Etat et libéré les pires pulsions. C’est la racine ultime du mal libyen qui gangrène et infecte tout».

Cet opposant interpelle aussi les autorités mauritaniennes en ces termes: «Le gouvernement mauritanien refuse-t-il de réagir face aux horreurs esclavagistes de Libye? Où est passé son porte-parole?».

D'autres stars du continent ont également exprimé leur indignation. Le ministre conseiller Youssou N’Dour a invité «les Etats à monter au créneau pour arrêter cette tragédie».

Les chanteurs Alpha Blondy, Ivoirien et Koffi Olomide, Congolais, se sont montrés encore plus virulents. Le premier, connu pour son engagement militant pour les droits de l'homme, a poussé un véritable coup de gueule contre le mutisme des dirigeants adfricains à travers une vidéo largement partagée sur les réseaux sociaux. Il dénonce «le silence des chefs d’Etat face à une situation inacceptable: la vente aux enchères de nos fils. Il faut assiéger toutes les ambassades libyennes jusqu’à la libération de tous les captifs».

Quant à Sadio Mane, joyau de Liverpool, et attaquant vedette des Lions du Sénégal, il a posté sur son compte Instagram la phrase suivante «Non à l’esclavage en Libye. L’homme noir n’est pas une valeur marchande».

Par Cheikh Sidya (Nouakchott, correspondance)
Le 19/11/2017 à 14h47, mis à jour le 20/11/2017 à 11h21