Fermer
#Economie

Sénégal: flambée des prix des matériaux de construction

Publié le 15/09/2022 à 09h17 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé

#Sénégal : Après Dangote Cement, c'était au tour de la Sococim, cimenterie vieille de plusieurs décennies, de fermer temporairement au Sénégal. L'Etat a été obligé de mettre la main à la poche pour que décanter la situation, mais les prix sont devenus exorbitants.

La tonne de ciment vendue au consommateur à 72.000 FCFA et celle de ronds à béton à 74.000 FCFA, c'est un record historique. Le coût de la construction est de plus en plus élevé dans un pays où il y a pourtant trois grandes cimenteries. Une situation que dénoncent les consommateurs particuliers et les entreprises de BTP, qui ne parviennent plus à supporter cette inflation.

Deux des trois cimenteries que compte le Sénégal, en l'occurrence Dangote Cement et Sococim, ont décidé d'arrêter momentanément leur production parce qu'elles ne pouvaient pas se conformer au prix sortie usine fixé par les autorités en charge du commerce intérieur, lequel est de 62.000 FCFA la tonne. Finalement, l'Etat du Sénégal a accédé à leur demande en leur octroyant 5.000 FCFA de plus, soit un prix sortie usine de 67.000 FCFA, d'où un prix consommateur à 72.000 FCFA actuellement.

>>> LIRE AUSSI: Le Nigeria inaugure la première usine de fabrication de câbles à fibre optique d’Afrique de l’Ouest

De 48.000 FCFA au début des années 2010, le prix de la tonne de ciment a quasiment augmenté de 50% ces 10 dernières années. Les Sénégalais, qui ont fait le constat, tentent de trouver une explication, car la version des autorités n’est pas tout à fait convaincante. Selon plusieurs citoyens, les taxes trop élevées sont en grande partie responsables des hausses des prix des matériaux de construction; les propriétaires, qui ne supportent pas seuls ces coûts, augmentent à leur tour la location.

L’Etat du Sénégal, à travers le ministère du Commerce, vient d’homologuer les nouveaux prix, ce qui est une bonne chose pour Dangote Cement, Sococim et Ciment du Sahel. Reste maintenant à tenir le défi de la surveillance pour contrecarrer les plans des commerçants véreux.
Le 15/09/2022 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé