Législatives 2017: les Sénégalais peuvent voter avec leurs anciennes cartes

Le président Macky Sall. dr

Le 25/07/2017 à 18h41

Macky Sall cède à la pression de l’opposition et accepte la proposition de la société civile. Un décret vient d’être sorti pour permettre aux citoyens inscrits, et qui n’ont pas encore récupéré leur nouvelle carte d'électeur, de voter avec d'autres pièces.

C’est maintenant officiel. Les citoyens sénégalais régulièrement inscrits sur les listes électorales et qui n’ont pas récupéré leurs nouvelles cartes d'électeurs, pourront participer au scrutin législatif du 30 juillet 2017. Munis de leurs récépissés d’inscription sur le nouveau fichier électoral et de leurs cartes d’électeurs numérisées et de leurs anciennes cartes d’identité nationale, tous les sénégalais participeront au vote.

Il leur sera donc possible de voter avec la carte d’électeur, accompagnée du récépissé d’inscription et d’un passeport ou d’un permis de conduire.

La présidence de la république accède à la proposition de la société civile pour permettre à tous les citoyens sénégalais en âge de voter d’accomplir leur devoir civique de vote. Ainsi, conformément à la Constitution qui, dans son alinéa 4, dispose que «tous les nationaux sénégalais des deux sexes, âgés de 18 ans accomplis, jouissant de leur droits civils et politiques, sont électeurs dans les conditions déterminées par la loi», un décret allant dans ce sens vient d’être sorti.

Cette décision fait suite aux difficultés et aux lenteurs remarquées au niveau de la distribution des nouvelles cartes d’identité biométriques, faisant office de carte d’électeur.

Selon le communiqué de la présidence, le «président de la République a saisi le Conseil constitutionnel, par lettre en date du 24 juillet 2017, conformément à l’article 72 de la constitution, sur la possibilité que les électeurs n’ayant pu retirer leurs carte puissent voter aux élections législatives du 30 juillet 2017 avec l’une des pièces suivantes :

Une carte d’identité nationale numérisée.

Une carte d’électeur numérisée.

Un passeport.

Un permis de conduire.

Un document d’immatriculation pour les primo-inscrits non détenteur d’un des quatre premiers documents administratifs.

Notons que «cette proposition avait été faite par la société civile et que Macky Sall était d’accord sur le principe».

Sénégal. Retard dans la délivrance des Cartes: Wade appelle pour une marche nationale

Par ce décret, le président Macky Sall semble aussi céder à la pression de l’opposition qui demande la remise des cartes biométriques aux citoyens régulièrement inscrits sur les listes électorales.

D’ailleurs, Ousmane Sonko, leader du Pastef-les patriotes, soutenait que «le processus électoral se passe dans les conditions délétères, dans une confusion généralisée savamment orchestrée par ceux-là mêmes qui ont la charge d’une bonne organisation des élections c’est-à-dire Macky Sall et son régime».

En fin politicien aussi, Macky Sall tente également de faire avorter l’appel d’Abdoulaye Wade à l’endroit de l’opposition pour une marche nationale. En effet, l’ancien président Abdoulaye Wade, tête de liste de la coalition gagnante «Wattu Sénégal», avait demandé au Sénégalais de sortir pour faire une marche nationale vers la Place de l’Obélisque afin d’imposer au gouvernement la remise des cartes électeur.

Par Moustapha Cissé (Dakar, correspondance)
Le 25/07/2017 à 18h41