Fermer
#Politique

Sénégal: un nouveau gouvernement très attendu sur le plan économique et social

Publié le 22/09/2022 à 09h41 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé

#Sénégal : Dix mois après la restauration du poste et deux mois après les législatives de juillet dernier, le président Macky Sall a nommé Amadou Ba comme Premier ministre du Sénégal. L'ex-ministre des Finances, tombé en disgrâce après son limogeage, revient par la grande porte.

Membre de l’Alliance pour la république (APR), le parti présidentiel, Amadou Ba, 61 ans, est sorti en novembre 2020 du gouvernement, où il dirigeait le ministère des Affaires étrangères. Ce technocrate issu de l’Ecole nationale d’administration a un parcours enviable, puisqu'il a également été ministre des Finances pendant six longues années, de 2013 à 2019.

Sa nomination à la primature est diversement accueillie par les Sénégalais. Si certains pensent qu’il fera l’affaire, d’autres estiment tout simplement qu’il reste le bras politique de Macky Sall qui cherche juste à détourner l’attention de ses intentions concernant une troisième candidature à la magistrature suprême.

>>> LIRE AUSSI: Le Sénégal a un Premier ministre pour la première fois depuis 2019

Pour beaucoup, le gouvernement Ba doit s'attaquer prioritairement aux questions sociales avec un niveau de chômage des jeunes qui est des plus élevés, ainsi qu'une forte baisse du pouvoir d'achat à cause notamment de l'inflation. Il y a également la problématique des inondations qui sont devenues endémiques dans plusieurs grandes villes, dont la capitale Dakar.

Sur le plan économique, le Sénégal reste un pays dépendant de l'extérieur à plus d'un titre, n'étant autosuffisant que dans très peu de domaines. Le pays importe toujours la part la plus importante de ses besoins en riz, tandis que la totalité de la demande en farine vient aussi de l'extérieur.

>>> LIRE AUSSI: Sénégal: Amadou Mame Diop, de la coalition présidentielle, élu président de l'Assemblée nationale

En outre, l'économie sénégalaise continue de dépendre des transferts de fonds des Sénégalais résidant à l'étranger. Enfin, le poids de la dette, qui dépasse 70% du PIB, commence à devenir insupportable pour un budget qui attendait le début de l'exploitation des nouvelles découvertes de pétrole et de gaz dès 2023.
 
Le 22/09/2022 Par De notre correspondant à Dakar Moustapha Cissé