Sénégal: le journaliste-consultant Adama Gaye en grève de la faim à la prison de Reubeuss

DR
Le 09/09/2019 à 16h07, mis à jour le 13/09/2019 à 11h46

Le journaliste-consultant Adama Gaye, détenu à la prison de Reubeuss pour «offense au chef de l’Etat et atteinte à la sûreté de l’Etat», a entamé, ce lundi 9 septembre, une grève de la faim totale. Il proteste contre sa détention arbitraire et les conditions inhumaines de son confinement.

Après la mort de trois prisonniers à Dakar et à Diourbel, et la marche, ce weekend, des ex-détenus et de la société civile contre les mauvaises conditions de détention dans les prisons sénégalaises, c’est au tour du détenu «politique», Adama Gaye de reprendre le flambeau de la lutte.

Ce journaliste-consultant, détenu à la Maison d’arrêt et de correction de Dakar pour «offense au chef de l’Etat et atteinte à la sûreté nationale» vient d’entamer une grève de la faim totale pour protester contre le traitement «inimaginable», qui lui est réservé par ses geôliers.

«Adama informe l'opinion nationale et internationale qu'il a décidé depuis ce matin du 9 septembre 2019 d'entamer une grève de la faim totale pour protester contre son maintien en détention arbitraire et les conditions illégales de ce confinement dans les geôles de Macky Sall», lit-on sur compte Facebook de Me Khoureïchy Bâ, avocat d’Adama Gaye.

Pour rappel, le procureur de la République, Serigne Bassirou Gueye, avait, une deuxième fois, refusé d’accorder la liberté provisoire au journaliste-consultant, très critique à l’égard de la politique du président Macky Sall et de son gouvernement.

Seydi Gassama, directeur exécutif de la section sénégalaise d’Amnesty International, qui a toujours dénoncé le fait «que des personnes aillent en prison pour offense au chef de l’Etat», a lui aussi partagé sur son compte twitter, la nouvelle de la grève de la faim totale de Adama Gaye.

Par Moustapha Cissé (Dakar, correspondance)
Le 09/09/2019 à 16h07, mis à jour le 13/09/2019 à 11h46