Société

Vidéo. Pêche artisanale au Sénégal: à cause de la raréfaction du poisson, des morts et un métier qui devient risqué

VidéoEtre pêcheur à bord d'une barque, activité traditionnelle dans le pays, est un métier dangereux. A cause de la rareté du poisson, les pêcheurs, contraints de s’aventurer en pleine mer, risquent leur vie. Voici leurs revendications, après de nouvelles disparitions au large des côtes sénégalaises.

Par Moustapha Cissé (Dakar, correspondance)
Le 28/03/2021 à 10h07, mis à jour le 28/03/2021 à 10h09
Vidéo. Sénégal: la pêche artisanale, une activité de plus en plus risquée
Le360 Afrique/Ndiaye

La disparition en plein océan Atlantique, au large du Sénégal, en cette semaine qui s'achève, d’un pêcheur, père de famille, et de deux de ses enfants, soulève encore une fois les problématiques de la dangerosité nouvelle de ce métier traditionnel, et celles de l’avenir de la pêche artisanale, qui est pourtant une activité vitale de l’économie du pays.

Les pêcheurs artisanaux du pays ont en effet dû subir des deuils à répétition ces derniers mois. Le poisson se faisant rare sur les côtes sénégalaises, ils sont contraints de s’aventurer très loin, en pleine mer, dans des zones de l'Atlantique où seuls les marins à bord de bateaux industriels peuvent mener leurs activités sans difficultés.

Les conséquences qui s'ensuivent pour les pêcheurs artisanaux sont souvent tragiques: ceux-ci peuvent payer de leur vie les risques qu'ils sont contraints de prendre en s’éloignant ainsi des côtes.

De l'avis de ces pêcheurs, la situation qui prévaut actuellement sur les côtes sénégalaises est essentiellement due au nombre élevé de bateaux de pêche industrielle dans les eaux territoriales du pays. Ceux-ci sont, de leur avis, à l’origine d'une surpêche, et donc de la rareté en poisson.

Les pêcheurs artisanaux, qui approvisionnent le pays en poisson frais, demandent donc à l’Etat de limiter ses accords de pêche avec des pays étrangers.

Ils réclament aussi aux autorités un accompagnement de l'ensemble des acteurs de cette filière, vitale à l'économie du pays, et qui emploie des centaines de milliers de Sénégalais.

Par Moustapha Cissé (Dakar, correspondance)
Le 28/03/2021 à 10h07, mis à jour le 28/03/2021 à 10h09

Bienvenue dans l’espace commentaire

Nous souhaitons un espace de débat, d’échange et de dialogue. Afin d'améliorer la qualité des échanges sous nos articles, ainsi que votre expérience de contribution, nous vous invitons à consulter nos règles d’utilisation.

Lire notre charte

VOS RÉACTIONS

0/800