Niger: la pose du henné, symbole de beauté et activité génératrice de revenus

Le hénné, tout un art au Niger.
Le 05/02/2024 à 12h05

VidéoLa pose du henné par les femmes est une tradition très ancienne, ancrée dans les mœurs de la société nigérienne. Du henné soudanais d’antan à celui mauritanien plus récent, Foureratou Garba Hamidou est une des spécialistes de la pose du henné à Niamey. Cette diplômée en master 2 réseaux et sécurité transforme, en ses temps libres, sa véranda en salon de pose du henné.

«J’étais sur les réseaux sociaux, j’ai vu le henné, ça m’a plu. Il y a une femme qui en vendait et je me suis dite pourquoi ne pas me lancer aussi», explique Fourératou Garba Hamidou, spécialiste de la pose du henné.

Du coup de cœur pour le henné, aujourd’hui, Foureratou Garba Hamidou, diplômée en master 2 réseau et sécurité s’est spécialisée dans la pose du henné et met en valeur la beauté des mains et des pieds de la femme nigérienne par la magie et l’habileté de ses doigts.

Elle propose plusieurs motifs à ses clientes qu’elle accueille à son domicile. «On a les petits ensembles et les grands ensembles. Les grands ensembles c’est pour les pieds, le dos et la paume des mains. il y a aussi le henné mauritanien que nous posons. Il est basé sur le scotch qu’on colle en frises sur les pieds et les mains, et après on passe le henné. On découpe ce scotch en petites lamelles pour façonner les modèles aux mains de la personne», explique Foureratou.

Ce travail est en fait un métier à plusieurs étapes, dont la préparation nécessite beaucoup d’ingrédients: le henné soudanais, le malabia qu’on passe au moment du pétrissage du henné, le sucre, un produit chimique en liquide noir qu’on applique après avoir enlevé le henné, et enfin le red henna ou henné rouge. «Le henné soudanais dure plus que le red henna», explique-t-elle.

Le henné tchadien maronne 2 à 3 heures, selon qu’il est appliqué aux pieds ou aux mains, alors que le red henna dure moins de temps. Pour les clientes de Foureratou, la satisfaction dissipe le temps, assez long, que nécessite la pose, voire la longue attente pour voir arriver son tour.

Foureratou travaille en tandem avec sa sœur depuis le lancement de son activité. Elle utilise essentiellement les réseaux sociaux pour la promotion de son métier. «Cela fait longtemps qu’elle publie des messages à l’adresse des dames qui souhaitaient poser du henné. J’ai vu quelques modèles qu’elle a postés et je suis passée pour qu’elle me pose un de ces modèles et ça m’a plu», témoigne Zali Hamidou Amadou, une cliente.


Par Aboubacar Sarki (Niamey, correspondance)
Le 05/02/2024 à 12h05